Go to Contents
RECHERCHE

Actualités

La péninsule coréenne envahie par les particules fines pour le 4e jour de suite

14.01.2019 à 14h09

SEOUL, 14 jan. (Yonhap) -- La quasi-totalité de la Corée du Sud est submergée par des niveaux extrêmement élevés de particules ultrafines pour la quatrième journée consécutive aujourd'hui. Les autorités ont imposé des mesures d'urgence de réduction de la poussière afin de minimiser les risques pour la santé publique.

La concentration de particules fines est particulièrement préoccupante dans le centre du pays, y compris Séoul et ses environs. Selon Air Korea et d'autres observateurs, le niveau de particules fines (PM10) dans la capitale sud-coréenne était de 151 microgrammes par mètre cube à 10h, celui des poussières ultrafines (PM2,5) atteignant 119 microgrammes, soit près de cinq fois le niveau recommandé par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) de 25 microgrammes.

Le 14 janvier 2019, un homme se promène le long de la rivière Cheonggye, dans le centre-ville de Séoul. Le ciel est recouvert d'un épais voile de poussière.

Les autorités sud-coréennes qualifient de «mauvaises» les particules de poussières ultrafines, inférieures à 2,5 micromètres de diamètre, quand leur densité est supérieure à 35 microgrammes par mètre cube et de «très mauvaises» lorsqu'elle dépasse 75 microgrammes.

Tout au long du week-end, le niveau de poussières ultrafines a oscillé entre 80 et 90 microgrammes dans la région de la capitale, obligeant les citoyens à s'abstenir de toute activité en plein air.

La dernière vague de particules fines a débuté vendredi, lorsque les vents froids du nord ont été remplacé par les vents chauds venant de Chine. La semaine dernière, le maire de Séoul Park Won-soon, a réfuté l'allégation récente de Pékin selon laquelle la Chine n'aurait rien à voir avec l'afflux pernicieux de poussières fines sur la péninsule coréenne. Park a déclaré avoir consulté les rapports de laboratoires municipaux et gouvernementaux qui concluaient qu'environ 50 à 60% des particules fines en Corée du Sud venaient de Chine.

L'Administration météorologique de Corée (KMA) a indiqué que les niveaux de poussières fines dans tout le pays commenceraient à baisser mardi après-midi, lorsque des vents froids venant du nord feront diminuer la température et chasseront les poussières fines.

La municipalité de Séoul a interdit à la moitié des véhicules publics de circuler pour la deuxième journée consécutive dans le cadre de ses mesures d'urgence visant à lutter contre la pollution. C'est la troisième fois, après janvier et mars de l'année dernière, qu'elle prend des mesures d'urgence pour la deuxième journée consécutive.

Le ministère de l'Environnement a également déployé plusieurs initiatives pour lutter contre les particules de poussière et a ordonné aux centrales thermiques domestiques de réduire leur production à 80% de leurs opérations normales.

La plupart des citoyens se rendant au travail lundi matin portaient des masques pour se protéger des particules ultrafines nocives.

«Le ciel est trop chargé en poussières fines. C'est comme si on voyait une télévision en noir et blanc. J'ai même peur de respirer à cause du ciel noir», s'est alarmé Lee, un citoyen de Séoul.

Kim, un habitant de Daejeon, a également déploré : «Même si j'ai utilisé un masque, ma gorge est douloureuse et mes yeux sont irrités. Je sens même l'odeur de la poussière fine et dense.»

lp@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
TAILLE DES CARACTÈRES

Changer la taille des caractères

A A

SAVED

PARTAGER

Pour obtenir le lien, entrer l’adresse URL.