Go to Contents
RECHERCHE

Actualités

(LEAD) Rapatriement en Corée du Nord de la fille de l'ancien chargé d'affaires en Italie Jo Song-gil

20.02.2019 à 16h47
Ancien haut diplomate nord-coréen
(Photomontage)

SEOUL, 20 fév. (Yonhap) -- La fille de l'ancien chargé d'affaires de l'ambassade de Corée du Nord en Italie, Jo Song-gil, a été rapatriée à Pyongyang en novembre dernier après la détection de mouvements anormaux de son père, a fait savoir ce mercredi Thae Yong-ho, ancien numéro deux de l'ambassade de Corée du Nord à Londres qui a fait défection en 2016.

Jo avait disparu avec sa femme au début de novembre dernier avant la fin de son mandat en Italie qui était prévue à la fin du mois en question.

«L'ambassade de Corée du Nord en Italie a fait suivre la fille de Jo Song-gil, lycéenne présumée, par un diplomate et l'a renvoyée vers Pyongyang via Pékin immédiatement après avoir détecté des mouvements anormaux de Jo Song-gil», a déclaré à l'agence de presse Yonhap Thae en ajoutant avoir confirmé les faits liés à travers divers canaux pendant le mois passé.

«Je ne sais pas combien d'enfants a Jo Song-gil mais celle qui était en Italie a été renvoyée au Nord», a noté l'ancien diplomate. Celui-ci a aussi précisé que son ancien collègue est actuellement avec sa femme, tout en refusant de répondre à d'autres questions portant sur les dernières nouvelles de Jo.

«Dans la situation actuelle, je ne peux plus dire ouvertement à Jo Song-gil de venir en Corée du Sud», a-t-il poursuivi. «En Corée du Nord, si (un transfuge) fait défection en Corée du Sud, les autorités alourdissent les peines contre les membres de la famille en le décrivant comme un traître alors que, s'il va et vit discrètement aux Etats-Unis ou en Europe, elles allègent les peines», a-t-il expliqué.

Le mois dernier, Thae a donné une conférence de presse après avoir formé un groupe civique destiné à aider la famille de Jo à venir en Corée du Sud et appelé le gouvernement sud-coréen à déployer des efforts actifs pour faciliter l'arrivée de son ancien collègue à Séoul.

Il a également adressé des lettres à la ministre des Affaires étrangères Kang Kyung-wha, au chargé d'affaires par intérim de l'ambassade d'Italie en Corée du Sud et au rapporteur spécial des Nations unies sur les droits de l'Homme en Corée du Nord, Tomas Ojea Quintana, pour solliciter leur aide, tout en demandant à l'ONU de protéger le diplomate nord-coréen.

«Je pensais que c'était bizarre car personne ne m'a donné de réponse et j'ai compris enfin aujourd'hui. Ils ont gardé le silence à cause de la question de la fille de Jo et je pense que je dois aussi me taire désormais.»

lsr@yna.co.kr

(FIN)

TAILLE DES CARACTÈRES

Changer la taille des caractères

A A

SAVED

PARTAGER

Pour obtenir le lien, entrer l’adresse URL.