Go to Contents
RECHERCHE

International

Réouverture peu probable du complexe de Kaseong sans une dénucléarisation du Nord

12.06.2019 à 16h21

WASHINGTON, 11 juin (Yonhap) -- Le membre démocrate du Congrès américain Brad Sherman, président de la sous-commission pour l'Asie et le Pacifique de la commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants américaine, a exprimé ses doutes ce mardi sur la réouverture du complexe industriel intercoréen de Kaesong, une ville frontalière située au Nord, avant la dénucléarisation du régime nord-coréen.

Le député Sherman a rencontré un groupe d'entrepreneurs sud-coréens qui exploitaient des usines à Kaesong. Une délégation sud-coréenne de huit membres est aux Etats-Unis afin de chercher un soutien du public et du gouvernement pour la réouverture du complexe qui a été fermé en février 2016 dans un contexte de tensions accrues du fait des programmes nucléaire et balistique du Nord.

«Ce qui est le plus important pour la réouverture de Kaesong, c'est un accord sur les programmes nucléaire et balistique nord-coréens», a déclaré Sherman durant la rencontre au Rayburn House Office Building, abritant des bureaux du Congrès pour la Chambre des représentants.

Des participants à un événement organisé conjointement par la sous-commission pour l'Asie et le Pacifique de la commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants américaine et des entrepreneurs sud-coréens. (Photo d'archives Yonhap)

Selon lui, le gouvernement américain demande une «dénucléarisation complète, irréversible et vérifiable», alors qu'il pense que les deux parties pourraient aboutir à un accord selon lequel le Nord est restreint à un «arsenal nucléaire hautement limité et hautement surveillé».

Il a poursuivi en disant qu'il pense que les Etats-Unis doivent avoir la «position de négociation la plus raisonnable possible».

«Nous n'avons atteint aucun de ces objectifs et, jusqu'à ce que nous le fassions, il semble peu probable que Kaesong rouvre», a-t-il indiqué.

Sherman a parlé de l'importance d'assurer que les travailleurs nord-coréens reçoivent une grande partie de leur salaire au lieu de la reverser à leur gouvernement. Le complexe industriel de Kaesong était une source clé de devises pour le régime.

Il a aussi exprimé ses inquiétudes sur les conditions de travail en disant espérer que la délégation pourra aborder cette question.

«Il est certain que l'ouverture de ces usines aidera les travailleurs dans la mesure où ils sont convenablement payés et aidera le gouvernement nord-coréen», a indiqué Sherman. «La Corée du Nord doit voir cela comme une raison pour conclure un accord sur son programme nucléaire.»

La réouverture du parc industriel nécessite une exemption des sanctions imposées par les Etats-Unis contre Pyongyang mais Washington est réticent à lever la pression avant de voir des mesures concrètes vers la dénucléarisation.

mjp@yna.co.kr

(FIN)

Fil actus International
TAILLE DES CARACTÈRES

Changer la taille des caractères

A A

SAVED

PARTAGER

Pour obtenir le lien, entrer l’adresse URL.