Go to Contents
RECHERCHE

International

A Oslo, Moon s'engage à oeuvrer pour la paix

12.06.2019 à 21h28

OSLO, 12 juin (Yonhap) -- Le président Moon Jae-in a dévoilé ce mercredi sa vision de la «paix pour le peuple», s'engageant à tenter de résoudre «la violence structurelle» dont ont souffert les Coréens en raison de la division du pays.

Il s'adressait au Forum d'Oslo dans la capitale norvégienne à l'occasion du premier anniversaire du sommet de Singapour entre le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un.

Moon a admis que les pourparlers de dénucléarisation semblent être dans une impasse, mais a estimé que cela fait partie du processus visant à bâtir une confiance mutuelle. L'accord du sommet «va de l'avant», selon Moon.

Les hésitations actuelles suite au deuxième sommet Kim-Trump en février se produisent parce qu'ils ont «besoin de temps pour se comprendre l'un l'autre à fond. Cela fait partie du processus de dégel des sentiments hostiles qui ont persisté pendant les 70 dernières années», a-t-il ajouté.

Le président Moon Jae-in prononce son discours à l'université d'Oslo en Norvège ce mercredi 12 juin 2019.

Moon a souligné que Kim et Trump continuent d'exprimer leur confiance mutuelle et leur ferme détermination à poursuivre le dialogue.

Plus tôt cette semaine, Trump a annoncé avoir reçu une «belle» et «très chaleureuse» lettre de Kim. Son contenu reste inconnu.

Le président sud-coréen, lors d'un discours à l'université d'Oslo, a cité l'expérience de la Norvège dans la paix régionale.

«La Norvège n'a jamais faibli sur le chemin de la paix, comme en témoigne la paix qui existe aujourd'hui. De même, le gouvernement sud-coréen ira de l'avant sans relâche, pour parvenir à la paix» a-t-il dit.

Il a évoqué un concept de «paix positive» formulé par un célèbre sociologue norvégien, Johan Galtung.

«Il est important de résoudre pacifiquement la violence structurelle dont ont souffert les peuples des deux Corées à cause de la division», a dit Moon. «Je voudrais nommer cela "paix pour le peuple"».

En premier lieu, les deux Corées doivent traiter les dommages fréquemment signalés dans leurs zones frontalières, en particulier dans et autour de la Zone démilitarisée (DMZ), a déclaré Moon, ajoutant que les «légations permanentes» énoncées dans le traité fondamental allemand de 1972 peuvent servir d'exemple.

Les deux parties «se sont servies de ces légations permanentes pour répondre rapidement et ensemble aux incendies, aux inondations, aux glissements de terrains, aux maladies infectieuses, aux dommages causés par les insectes et la contamination de l'eau qui se produisent dans les zones frontalières», a-t-il noté.

Ce qui est le plus important est d'approfondir la compréhension mutuelle et la confiance, renforçant ainsi la volonté de dialogue, a dit le président.

Ses remarques rappellent son discours de Berlin en 2017, dans lequel il a proposé une nouvelle initiative de paix pour la péninsule, qui a conduit à la participation de la Corée du Nord aux Jeux olympiques d'hiver de PyeongChang et à une série de sommets sur la dénucléarisation et la paix régionale.

Oslo est la deuxième étape de la tournée de huit jours du président sud-coréen en Europe du Nord. Il fait une visite d'Etat en Finlande et se rendra ensuite en Suède à l'invitation du roi Charles XVI Gustave.

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Fil actus International
TAILLE DES CARACTÈRES

Changer la taille des caractères

A A

SAVED

PARTAGER

Pour obtenir le lien, entrer l’adresse URL.