Go to Contents
RECHERCHE

Actualités

L'ancienne Première dame Lee Hee-ho inhumée au cimetière national de Séoul

14.06.2019 à 14h19
Obsèques
Hommage

SEOUL, 14 juin (Yonhap) -- Les Sud-Coréens ont dit adieu ce vendredi à l'ancienne Première dame Lee Hee-ho en faisant honneur à sa contribution à la réconciliation intercoréenne et à l'amélioration des droits des femmes.

Lee est décédée lundi à l'âge de 96 ans des suites d'un cancer du foie. Elle était la veuve de l'ancien président progressiste Kim Dae-jung (1998-2003), l'architecte de la «politique du rayon du soleil» qui a favorisé le dialogue avec la Corée du Nord et lui a valu le prix Nobel de la paix. Kim s'est éteint en 2009.

La cérémonie d'obsèques s'est tenue au cimetière national de Séoul, dans le sud de Séoul, en présence de plus de 2.000 personnes dont des personnalités politiques, officiels du gouvernement et citoyens.

«Nous avons perdu une grande dirigeante de notre époque. Nous devons la laisser reposer en paix, le symbole des épreuves et de la gloire de l'histoire moderne (sud-coréenne)», a déclaré le Premier ministre Lee Nak-yon dans son éloge funèbre en mémoire à la défunte.

«Nous continuerons à marcher en vue d'accomplir le bonheur du peuple et l'unification pacifique dont Lee a rêvé», a-t-il ajouté.

Lee n'a pas été une Première dame dans l'ombre mais une compagne politique de Kim tout au long des moments tumultueux de la vie de ce dernier et une féministe. Elle a également défendu les efforts de Kim pour la paix avec la Corée du Nord.

Lors du premier sommet historique avec le dirigeant Kim Jong-il en 2000 après plus de 50 ans d'animosité entre les deux Corées, Lee a accompagné son mari à Pyongyang. Après le décès du défunt président, Lee s'est à nouveau rendue au Nord deux fois, en 2011 et 2015.

Le Nord n'a pas envoyé de délégation au Sud mais le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a fait parvenir mercredi un message de condoléances et des fleurs par le biais de sa sœur cadette, Kim Yo-jong.

Lee a activement soutenu la carrière politique de son mari et été aux côtés de Kim pour l'aider à continuer ses combats pour la démocratie à chaque fois où il était sous la pression politique. Kim a subi l'enlèvement, la torture et de nombreuses arrestations.

Il a également survécu à plusieurs tentatives d'assassinat et été condamné à la peine de mort après avoir été accusé d'avoir orchestré le soulèvement de Gwangju en mai 1980 mais a été gracié plus tard.

«Elle a été une pionnière qui était en avance sur son temps et une dirigeante qui a su lire les courants du temps», a dit le président de l'Assemblée nationale Moon Hee-sang dans son éloge funèbre pour Lee.

«Lee a connu des moments durs avec le président Kim et a enduré des épreuves incroyablement difficiles et une vie turbulente ensemble. Elle mérite d'être respectée comme une femme leader pour le mouvement démocratique», a-t-il souligné.

Plus tôt ce matin, un service funéraire chrétien a eu lieu dans une église méthodiste de Séoul où elle avait l'habitude d'aller depuis 1960.

Le convoi transportant le cercueil de la défunte s'est aussi arrêté à son domicile dans le quartier de Donggyo, à Séoul.

Dans ses dernières volontés, elle a déclaré qu'elle prierait pour le peuple coréen et l'unification pacifique des deux pays.

Elle a demandé à sa famille et ses proches d'utiliser sa résidence privée comme un mémorial pour l'ex-président et la récompense du prix Nobel de la paix pour financer les projets destinés à honorer l'héritage de Kim. Elle sera inhumée à côté de son mari au cimetière national de Séoul.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

TAILLE DES CARACTÈRES

Changer la taille des caractères

A A

SAVED

PARTAGER

Pour obtenir le lien, entrer l’adresse URL.