Go to Contents
RECHERCHE

Actualités

(LEAD) La Cour suprême infirme l'interdiction d'entrée en Corée du chanteur Yoo Seung-jun

11.07.2019 à 20h13
Steve Yoo.

SEOUL, 11 juil. (Yonhap) -- La Cour suprême s'est prononcée ce jeudi en faveur de Yoo Seung-jun, chanteur américain d'origine coréenne qui fait l'objet d'une interdiction d'entrée sur le territoire sud-coréen depuis qu'il a acquis la nationalité américaine, apparemment pour tenter d'échapper au service militaire obligatoire.

La plus haute juridiction du pays a déclaré qu'il était illégal que le gouvernement refuse de délivrer un visa à l'ancien rappeur dont le nom américain est Steve Yoo.

Yoo a fait l'objet de vives critiques de la part de l'opinion publique après qu'il a obtenu la citoyenneté américaine en 2002 malgré la promesse qu'il avait faite plus tôt de remplir son devoir militaire. En Corée du Sud, tous les hommes en bonne santé et âgés entre 18 et 35 ans doivent servir dans l'armée pendant environ deux ans.

Yoo a porté plainte en octobre 2015 contre le consulat général sud-coréen à Los Angeles qui a refusé de lui accorder un visa. Il avait demandé un visa F4, généralement délivré par le gouvernement aux étrangers d'origine coréenne.

Le ministère de la Justice a également soutenu l'interdiction d'entrée en notant que les éventuelles activités de Yoo en Corée pourraient porter atteinte à l'intérêt public et à la sécurité.

En février 2017, une cour d'appel de Séoul a rejeté la demande de Yoo et donné raison au consulat en maintenant la décision de première instance. La Cour administrative de Séoul a déclaré en septembre 2016 que le retour et la reprise des activités de Yoo pourraient décourager les soldats qui assument leur devoir militaire et inciter les jeunes à échapper au service militaire.

La Cour suprême a ordonné aux deux tribunaux de Séoul de réexaminer le cas de Yoo en notant que le refus du gouvernement de délivrer un visa au chanteur a violé les procédures administratives.

La plus haute juridiction a déclaré que l'interdiction d'entrée du ministère de la Justice ne peut justifier le refus de visa du consulat.

«Le consulat (sud-coréen à Los Angeles) a refusé le visa sans exercer son pouvoir discrétionnaire, simplement parce qu'il y existait une décision (gouvernementale) d'interdiction d'entrée 13 ans et sept mois plus tôt. Il a été illégal pour le consulat de ne pas exercer son pouvoir discrétionnaire. La légalité d'une interdiction d'entrée ne peut être assurée même si le chef de mission à l'étranger a suivi la décision du ministre de la Justice», a déclaré la cour.

Elle a ensuite noté que le consulat a enfreint les procédures administratives en informant le demandeur de son rejet de visa par téléphone et non par écrit.

La cour a également cité la Loi sur les Coréens de l'étranger, qui stipule la fourniture du visa F-4 pour ceux qui renoncent à la nationalité coréenne pour esquiver leur devoir militaire obligatoire, mais qui ont 38 ans ou plus, l'âge où l'obligation de servir dans l'armée est levée.

Si Yoo, 43 ans, remporte son procès suite à la décision de la Cour suprême, le consulat coréen à Los Angeles devra à nouveau étudier sa demande de visa.

Yoo a fait part de sa profonde gratitude concernant la décision du tribunal, par l'intermédiaire de son avocat, et a juré de se repentir pour le reste de sa vie.

«La décision de la Cour suprême a donné à Yoo et à sa famille l'occasion de réaliser leur rêve longtemps chéri. Pendant plus de 17 ans, Yoo a été contraint de rester à l'étranger. Il souhaitait ainsi désespérément rentrer chez lui avec ses enfants», a déclaré son avocat à l'agence de presse Yonhap.

Reflétant le sentiment négatif du public envers Yoo, un récent sondage a révélé que 7 adultes sud-coréens sur 10 s'opposent à son entrée en Corée du Sud.

lsr@yna.co.kr

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
TAILLE DES CARACTÈRES

Changer la taille des caractères

A A

SAVED

PARTAGER

Pour obtenir le lien, entrer l’adresse URL.