Go to Contents
RECHERCHE

Actualités

(2e LD) GSOMIA : Séoul dit avoir consulté suffisamment les Etats-Unis

23.08.2019 à 17h50

SEOUL, 23 août (Yonhap) -- La Corée du Sud a souvent et suffisamment consulté les Etats-Unis avant de décider de mettre fin à l'Accord de sécurité générale d'informations militaires (GSOMIA) avec le Japon sur fond de conflit commercial, a fait savoir vendredi Cheong Wa Dae.

Ce dernier a réagi à la formulation «profonde inquiétude et déception» de Washington sur la décision prise hier par Séoul de mettre un terme au GSOMIA.

«Il est vrai que les Etats-Unis souhaitaient une extension de l'accord», a déclaré le chef adjoint du Bureau de la sécurité nationale, Kim Hyun-chong, lors d'un point de presse.

Il a ajouté qu'il est donc «naturel» que Washington soit déçu par la décision de Séoul.

A la question de savoir si les Etats-Unis ont vraiment fait preuve de «compréhension», Kim a évité de donner une réponse directe.

Le chef adjoint du Bureau de la sécurité nationale, Kim Hyun-chong, donne une conférence de presse à Cheong Wa Dae, le vendredi 23 août 2019.

Il a juste réitéré que les alliés avaient eu «une communication et consultation suffisantes» sur la question, notamment via leurs conseils de sécurité nationale.

«Le gouvernement sud-coréen a continué à communiquer étroitement avec les Etats-Unis lors de l'analyse du conflit avec le Japon et du GSOMIA», a-t-il dit.

En juillet et août, les conseils des deux parties avaient discuté neuf fois de la question par téléphone, a-t-il ajouté.

En annonçant hier le plan de mettre un terme au GSOMIA en réponse aux restrictions d'exportation du Japon, un officiel de Cheong Wa Dae a dit à des journalistes que les Etats-Unis «comprennent» la position de la Corée du Sud sur la base des consultations bilatérales.

Le Pentagone a cependant fait part dans un communiqué de ses «grandes inquiétudes et déception que l'administration Moon a retenu le renouvellement» de l'accord.

«Nous croyons fermement que l'intégrité de nos liens mutuels en matière de défense et de sécurité doit persister malgré les frictions dans d'autres domaines», a déclaré le lieutenant-colonel Dave Eastburn, un porte-parole du Pentagone.

Lors d'un voyage au Canada, le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a également déclaré : «Nous sommes déçus de voir la décision prise par les Sud-Coréens au sujet de cet accord d'échange d'informations.»

La réponse des Etats-Unis ajoute aux inquiétudes quant au potentiel impact négatif sur l'alliance Séoul-Washington de la fin du GSOMIA, signé en 2016.

À l'époque, les Etats-Unis auraient exhorté la Corée du Sud à signer l'accord pour rendre ses principaux alliés régionaux en mesure d'échanger directement des renseignements militaires classifiés de classe II, principalement sur la Corée du Nord.

Même si le pacte expire samedi, la Corée du Sud continuera à partager certaines informations militaires de classe III avec le Japon par le biais de l'Arrangement trilatéral de partage d'informations (TISA), sous lequel les Etats-Unis serviront d'intermédiaire, selon Kim.

«Notre gouvernement s'efforcera de faire en sorte que la récente décision ne serve pas à affaiblir l'alliance, mais à l'améliorer afin qu'elle devienne encore plus solide», a-t-il dit.

Il a cité l'intention de Séoul de renforcer ses propres capacités de défense grâce à une augmentation du budget de la défense et l'acquisition d'atouts stratégiques, y compris des satellites militaires.

L'introduction d'un porte-avions léger peut également être une option, a-t-il dit.

L'armée sud-coréenne n'ayant pas encore de satellite espion, elle a principalement fourni aux Etats-Unis et au Japon des «renseignements humains» sur la Corée du Nord.

«Si nous renforçons nos capacités de collecte et d'analyse indépendantes de renseignements, la puissance de défense, en ne dépendant pas du Japon, l'allié dépendra davantage de nous», a déclaré Kim.

Le rôle plus important de Séoul dans la sécurité régionale finira par contribuer à renforcer son alliance avec Washington, a-t-il dit.

Les chances sont minces que le gouvernement reconsidère la décision d'abandonner le GSOMIA avec le Japon, selon Kim.

mjp@yna.co.kr

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
TAILLE DES CARACTÈRES

Changer la taille des caractères

A A

SAVED

PARTAGER

Pour obtenir le lien, entrer l’adresse URL.