Go to Contents
RECHERCHE

Actualités

(3e LD) Déclaration d'un premier cas de peste porcine africaine en Corée du Sud

17.09.2019 à 11h16
Accès interdit
le ministre de l'Agriculture, de l'Alimentation et des Affaires rurales, Kim Hyeon-soo, donne une conférence de presse le 17 septembre 2019 au complexe gouvernemental à Sejong.

SEOUL, 17 sept. (Yonhap) -- La Corée du Sud redoublera d'efforts pour endiguer la propagation de la peste porcine africaine, a annoncé ce mardi le ministre de l'Agriculture, de l'Alimentation et des Affaires rurales, Kim Hyeon-soo, après la première apparition de cette maladie animale dans le pays près de la frontière avec la Corée du Nord.

Les autorités de quarantaine projettent d'achever aujourd'hui l'abattage de 3.950 cochons de trois fermes dont celle où le premier cas a été confirmé, à Paju, juste au sud de la frontière intercoréenne.

«Nous déployons des efforts pour prévenir la propagation de la peste porcine africaine», a déclaré Kim lors d'une conférence de presse au complexe gouvernemental à Sejong.

Cette mesure est intervenue quelques heures après que la Corée du Sud a confirmé l'introduction du virus hautement contagieux dans la ferme où cinq cochons sont morts hier.

Kim a toutefois indiqué que les autorités devaient encore déterminer la cause exacte de l'apparition de cette maladie dans le pays.

La maladie est apparue environ quatre mois après que la Corée du Nord a rapporté à l'Organisation internationale de la santé animale (OIE) avoir confirmé son premier cas de la maladie dans une ferme située près de la frontière avec la Chine.

Depuis son apparition en Chine en août de l'année dernière, la maladie se propage vers des pays voisins dont la Mongolie et le Vietnam.

Séoul a mis en place une mesure de confinement de 48 heures pour les fermes porcines, abattoirs et usines de fabrication d'aliments pour animaux à travers le pays à partir de 6h30.

Aucun animal, humain ou équipement ne pourra sortir de ces fermes pendant cette période et ceux qui sont déjà en route vers d'autres fermes ou installations relatives devront trouver un endroit sûr et attendre la fin du confinement temporaire, a expliqué le ministère.

Cette maladie virale n'affecte pas les humains mais est connue pour être mortelle pour les cochons. Il n'existe aucun vaccin ni traitement contre cette maladie.

eloise@yna.co.kr

lsr@yna.co.kr

(FIN)

TAILLE DES CARACTÈRES

Changer la taille des caractères

A A

SAVED

PARTAGER

Pour obtenir le lien, entrer l’adresse URL.