Go to Contents
RECHERCHE

Actualités

La Corée du Nord pourrait réutiliser le site nucléaire de Punggye-ri après travaux, selon le JCS

08.10.2019 à 19h58

SEOUL, 08 oct. (Yonhap) -- La Corée du Nord serait en mesure de réutiliser son site d'essais nucléaires de Punggye-ri, aujourd'hui disparu, après des semaines ou des mois de travaux de restauration, bien qu'aucun mouvement de ce type n'ait été détecté, a déclaré ce mardi le Comité des chefs d'état-major interarmées (JCS) de la Corée du Sud.

Pyongyang a démoli le site en mai dernier, qui comprenait quatre tunnels, pour montrer son engagement en faveur de la dénucléarisation.

«Deux des quatre tunnels, les tunnels 3 et 4, pourraient être réutilisés après réparation», a déclaré le général Park Han-ki, chef d'état-major interarmées, lors d'un audit parlementaire, soulignant que «des semaines ou des mois au minimum seraient nécessaires à leur restauration».

Un haut responsable du JCS a ajouté qu'aucun mouvement de restauration n'avait été détecté.

Déclarant l'échec de ses pourparlers de travail avec les Etats-Unis la semaine dernière en Suède, Kim Myong-gil, le principal négociateur nucléaire nord-coréen, a déclaré que «la suspension des essais nucléaires et d'ICBM ou leur reprise dépendra entièrement de la position des Etats-Unis.»

Interrogé au sujet du missile mer-sol balistique stratégique (MSBS) récemment testé par la Corée du Nord, le Pukguksong-3, le chef du JCS a déclaré que l'arme ne semble pas en être au stade du déploiement opérationnel.

Park a également indiqué que l'armée surveille de près la situation pour détecter d'autres tirs et a promis de renforcer les capacités d'interception de l'armée afin de contrer de telles menaces.

Il a également dit que le MSBS nord-coréen serait un missile à combustible solide à deux étages et à portée étendue. Certains médias ont rapporté auparavant que le missile semblait être composé de trois étages.

Des experts ont estimé la portée de la dernière version du missile Pukguksong à 2.000 km ou plus. Le MSBS Pukguksong-1 et le missile terrestre Pukguksong-2 ont une portée d'environ 1.300 km.

Soulignant les menaces potentielles posées par les bombes à impulsions électromagnétiques (IEM) de la Corée du Nord, le JCS a également promis d'accélérer la mise en place d'installations de protection.

Une bombe à impulsions électromagnétiques est une arme nucléaire conçue pour exploser à haute altitude afin de générer de puissantes impulsions électromagnétiques qui peuvent détruire les dispositifs électroniques et électriques au sol. La Corée du Nord mettrait au point de telles armes.

«(Le JCS) a désigné 55 emplacements comme installations de commandement en réponse aux menaces IEM, et 18 emplacements possèdent déjà ces capacités ou sont en passe de les posséder», a déclaré le JCS, ajoutant qu'il s'efforcera d'avancer la date d'achèvement de ce processus de 2051 à 2039.

Le Portail Nord, également connu sous le nom de tunnel 2, du seul site d'essais nucléaires nord-coréen connu, Punggye-ri, est détruit le 24 mai 2018.

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
TAILLE DES CARACTÈRES

Changer la taille des caractères

A A

SAVED

PARTAGER

Pour obtenir le lien, entrer l’adresse URL.