Go to Contents
RECHERCHE

International

L'envoyé nucléaire sud-coréen déclare ne pas savoir ce que le Nord «pourrait utiliser comme excuse»

10.10.2019 à 10h50

WASHINGTON, 09 oct. (Yonhap) -- Le représentant nucléaire sud-coréen Lee Do-hoon a quitté mercredi les Etats-Unis après s'être entretenu avec ses homologues américain et japonais sur la manière de faire progresser les négociations sur la dénucléarisation avec la Corée du Nord.

Lee a tenu des réunions bilatérales et trilatérales avec Stephen Biegun et Shigeki Takizaki à Washington mardi.

Ils sont convenus de ne pas divulguer les détails de leurs discussions, selon Lee, dont la visite a eu lieu quelques jours après la conclusion infructueuse des pourparlers nucléaires de niveau opérationnel entre les Etats-Unis et le Nord samedi dernier en Suède.

Cette photo d'archives montre le représentant spécial pour la paix sur la péninsule coréenne et les affaires de sécurité Lee Do-hoon en train de répondre à des questions de journalistes à l'aéroport international d'Incheon, à l'ouest de Séoul, le jeudi 19 septembre 2019, alors qu'il se dirigeait vers les Etats-Unis.

«Nous ne savons pas ce que la Corée du Nord pourrait utiliser comme excuse», a-t-il déclaré à Yonhap News TV avant de prendre son avion pour Séoul, à l'aéroport international de Washington-Dulles.

«Nous avons eu des discussions approfondies et avons décidé de poursuivre nos efforts communs pour faire avancer la question de la dénucléarisation en travaillant ensemble», a-t-il ajouté.

La réunion de samedi à Stockholm ont constitué les premières négociations officielles entre les Etats-Unis et la Corée du Nord depuis le deuxième sommet de février entre le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un qui s'est conclu sans accord.

Le négociateur nucléaire en chef nord-coréen, Kim Myong-gil, a estimé devant la presse que la réunion avait été une déception, car Washington n'avait pas présenté de nouvelle proposition, comme l'avait demandé Pyongyang.

Le département d'Etat américain a répliqué qu'il apportait des «idées créatives» et «prévoyait un certain nombre de nouvelles initiatives».

Le Nord a insisté sur un processus progressif selon lequel il bénéficierait d'un allégement des sanctions et de garanties de sécurité pour chaque mesure de dénucléarisation prise. Cependant, les Etats-Unis ont affirmé que toute concession interviendrait après que le Nord effectue des progrès considérables en matière de dénucléarisation.

Lee a été pointé du doigt par le Nord mardi pour son «obsession à jouer le rôle de médiateur et de facilitateur» dans les négociations entre Pyongyang et Washington.

«C'est ahurissant de voir quel rôle Séoul cherche à jouer, alors qu'il ne peut rien faire d'autre que prêter attention à ce que disent les Etats-Unis», a écrit le Choson Sinbo, un journal pro-nord-coréen basé au Japon.

Un peu plus tôt, le ministère sud-coréen des Affaires étrangères a déclaré que Lee et Biegun avaient discuté de l'évolution récente de la situation en Corée du Nord, y compris des pourparlers de niveau opérationnel entre Washington et Pyongyang, ainsi que de leurs projets de coopération future avec le régime.

Lors de leurs entretiens trilatéraux avec Takizaki, ils ont également discuté de mesures de coopération à trois voies visant à réaliser des progrès tangibles sur la question intercoréenne, d'après un communiqué de presse.

Le département d'Etat a publié une déclaration similaire, soulignant que les trois pays ont «réaffirmé l'importance de poursuivre les coordinations USA-ROK et USA-Japon ainsi que trilatérales sur le dossier nord-coréen afin de parvenir à la dénucléarisation complète et réaliser la paix durable sur la péninsule coréenne», a fait savoir le département d'Etat américain dans un communiqué.

ROK est le sigle du nom officiel en anglais de la Corée du Sud.

as26@yna.co.kr

(FIN)

Fil actus International
TAILLE DES CARACTÈRES

Changer la taille des caractères

A A

SAVED

PARTAGER

Pour obtenir le lien, entrer l’adresse URL.