Go to Contents
RECHERCHE

Actualités

Moon appelle à une «meilleure démocratie» lors de la cérémonie de commémoration nationale

16.10.2019 à 15h29
Le président Moon Jae-in (à d.) échange une poignée de main avec le président du Parti Liberté Corée, Hwang Kyo-ahn, le mercredi 16 octobre 2019, à l'université de Kyungnam, à Changwon, à 400 km au sud-est de Séoul, lors de la cérémonie de commémoration du 40e anniversaire des soulèvements populaires pro-démocratiques de Busan et Masan.

SEOUL, 16 oct. (Yonhap) -- Le président Moon Jae-in a souligné ce mercredi que le peuple sud-coréen aspirait toujours à une «meilleure démocratie» et a appelé les «institutions gouvernementales puissantes» à écouter ce que demande la population.

Il a assisté à la cérémonie nationale de commémoration des manifestations pro-démocratiques Busan-Masan, deux villes situées dans le sud-est du pays, en 1979. Il s'agit d'un événement majeur qui a marqué l'histoire de la démocratie sud-coréenne.

«Aujourd'hui, le peuple coréen demande davantage de démocratie et une meilleure démocratie», a déclaré le président dans son discours prononcé à l'occasion de la cérémonie du 40e anniversaire des protestations des citoyens sud-coréens contre le régime autoritaire de l'ancien président Park Chung-hee.

Moon a indiqué que «toutes les institutions gouvernementales puissantes devraient garder à l'esprit qu'elles existent pour le peuple et non pour les organisations elles-mêmes».

«Notre démocratie est en train de se développer sans cesse. Lorsque la démocratie était mise en danger, le peuple l'a sauvé par l'action», a-t-il ajouté.

Ses remarques interviennent alors le gouvernement se retrousse les manches pour réformer le Parquet, dont le pouvoir est jugé excessif par la population.

Moon avait nommé Cho Kuk, l'un de ses alliés politiques, ministre de la Justice en septembre, en lui confiant la mission de mener à bien la réforme du Parquet. Néanmoins, Cho a donné sa démission au début de cette semaine face aux critiques incessantes liées à des allégations de fraude et de corruption visant sa famille.

Le 16 octobre 1979, un groupe des étudiants a commencé à manifester à Busan contre le régime de Park. Ensuite, un plus grand nombre d'habitants de cette ville ainsi que de Masan, actuellement Changwon, les ont rejoint durant plusieurs jours.

Cette manifestation a contribué à mettre fin à la dictature de Park Chung-hee. Ce dernier a été assassiné par le directeur du service des renseignements, Kim Jae-kyu, le 26 octobre 1979.

Le mois dernier, l'administration Moon a désigné l'anniversaire des manifestations démocratiques Busan-Masan en tant que journée commémorative nationale, dans le cadre des efforts pour mettre en avant la valeur et la signification de ce mouvement démocratique.

Moon a décrit Busan et Masan comme des «lieux sacrés» pour la démocratie nationale, durant la cérémonie tenue à l'université de Kyungnam à Changwon, dans la province du Gyeongsang du Sud, à 398 km au sud de Séoul.

Le chef de l'Etat a souligné qu'aucune autorité gouvernementale ne pourrait régner sur le peuple tant que notre histoire est marquée par de grands événements tels que la révolution du 19-Avril, les manifestations démocratiques Busan-Masan, le mouvement démocratique du 18-Mai, le soulèvement du 10-Juin, ainsi que les massives veillées aux chandelles en 2016.

Il a cité ainsi des protestations anti-gouvernementales majeures dans l'histoire moderne de la Corée du Sud.

Busan est la ville natale du président Moon mais elle est l'une des régions où le parti conservateur, le Parti Liberté Corée (PLC), garde son influence avec Changwon.

Le chef du principal parti d'opposition Hwang Kyo-ahn a aussi assisté à la cérémonie.

eloise@yna.co.kr

(FIN)

TAILLE DES CARACTÈRES

Changer la taille des caractères

A A

SAVED

PARTAGER

Pour obtenir le lien, entrer l’adresse URL.