Go to Contents
RECHERCHE

Actualités

Particules fines: mises en place de mesures préventives

21.10.2019 à 11h23
Contrôle des émissions de gaz d'échappement des véhicules. (Photo d'archives Yonhap)

SEOUL, 21 oct. (Yonhap) -- La ville de Séoul et les régions métropolitaines adjacentes ont lancé ce lundi des mesures préventives visant à réduire la pollution aux particules fines pour la première fois depuis le début de l'automne.

Une série de mesures préliminaires a été mise en place d'abord dans le secteur public afin de diminuer les polluants atmosphériques de façon proactive. En effet, les autorités devraient mettre en œuvre de nouvelles mesures pour lutter contre cette pollution deux jours plus tard.

La ville de Séoul et sa périphérie, Incheon et la province du Gyeonggi, sont concernées par ces premières initiatives.

Le dispositif est déclenché lorsque la densité en moyenne journalière des particules ultrafines est susceptible de dépasser les 50 microgrammes pendant les deux prochains jours consécutifs.

Dans le cadre de ces mesures, certains employés de la fonction publique sont obligés de laisser leur voiture chez eux afin de participer à une circulation alternée en fonction du numéro de leur plaque d'immatriculation. Les véhicules menant actuellement des opérations de quarantaine pour lutter contre la propagation de la peste porcine africaine sont exclus de cette mesure.

En mars, la Corée du Sud a désigné les particules fines comme un désastre social dans un contexte où l'intensité et la fréquence de la pollution atmosphérique due à ces polluants ne cessent de s'aggraver au cours de ces dernières années.

Une grande proportion des poussières très fines semble provenir de la Chine mais le gaz d'échappement des voitures diesel est aussi accusé d'être responsable de l'exacerbation du problème.

Le gouvernement a ainsi lancé ce lundi un contrôle spécial sur le gaz d'échappement des véhicules dans le cadre des efforts pour réduire la pollution aux particules fines durant la saison hivernale.

Le ministère de l'Environnement a annoncé que la mesure de contrôle continuerait jusqu'au 15 novembre à Séoul et dans 16 villes métropolitaines, notamment sur les camions, bus et véhicules des instituts privés transportant leurs élèves.

Les municipalités des 17 villes et provinces se concentreront en particulier sur le contrôle du gaz d'échappement émis par les voitures diesel.

Korea Environment Corp. envisage de mener un contrôle sévère sur les émissions des voitures à essence et à gaz de pétrole liquéfié.

En vertu de la loi relative, tout automobiliste est tenu de se soumettre au contrôle des autorités. En cas de non-respect, le contrevenant est passible d'une amende pouvant aller jusqu'à 2 millions de wons (1.523 euros).

Une voiture dont le niveau d'émission de gaz d'échappement dépasse le seuil autorisé sera contrainte de se soumettre à une inspection pour son amélioration dans les 15 jours à compter du jour de contrôle.

Les autorités peuvent ordonner aux conducteurs de suspendre l'utilisation de leur voiture pendant 10 jours en cas de non présentation. Enfin, les conducteurs risquent de payer une amende de 3 millions de wons au maximum s'ils ne respectent pas la suspension.

Contrôle des émissions de gaz d'échappement des véhicules. (Photo d'archives Yonhap)

eloise@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
TAILLE DES CARACTÈRES

Changer la taille des caractères

A A

SAVED

PARTAGER

Pour obtenir le lien, entrer l’adresse URL.