Go to Contents

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

RECHERCHE

Actualités

(LEAD) Mont Kumgang : Pyongyang a adressé un ultimatum à Séoul

15.11.2019 à 10h13
Zone touristique du mont Kumgang

SEOUL, 15 nov. (Yonhap) -- La Corée du Nord a lancé un ultimatum à Séoul pour le retrait des installations sud-coréennes au mont Kumgang situé sur sa côte est, a fait savoir ce vendredi l'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA), en ajoutant que Pyongyang procédera «unilatéralement» à la démolition si Séoul ne prend aucune action.

La position ferme du régime nord-coréen sur le tourisme au mont Kumgang est un signe de la faible possibilité de voir se tenir les négociations intercoréennes que souhaite le gouvernement sud-coréen pour maintenir le projet commun à la célèbre montagne nord-coréenne.

«Nous avons adressé le 11 novembre à Séoul un ultimatum en affirmant que nous prendrons unilatéralement des mesures pour détruire les installations si les autorités sud-coréennes continuent à faire des demandes inutiles, considérant qu'elles ont renoncé à leur démolition», a dit le média officiel nord-coréen.

«Nous développerons merveilleusement le mont Kumgang comme une région touristique et culturelle de niveau international à notre propre manière afin de la présenter comme appartenant à notre peuple et aux futures générations», a dit la KCNA. «Il n'existe aucun espace où peut intervenir la Corée du Sud.»

La KCNA a indiqué que Séoul gardait le silence sur l'ultimatum.

Le mois dernier, le Nord a demandé au Sud de venir retirer ses installations touristiques au mont Kumgang, en annonçant qu'il construira son propre complexe touristique là-bas.

Séoul a demandé des négociations en face à face afin de discuter du sort du projet conjoint suspendu depuis longtemps au mont Kumgang et proposé d'envoyer une délégation pour vérifier l'état des installations mais Pyongyang a refusé.

Lancé en 1998, le programme touristique était considéré comme un symbole de la réconciliation et de la coopération économique entre les deux Corées. Il a attiré près de 2 millions de visiteurs jusqu'à son arrêt en 2008 suite à la mort d'une touriste sud-coréenne tombée sous les balles d'un soldat nord-coréen.

Le président Moon Jae-in et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un sont convenus en septembre de l'année dernière de normaliser le programme touristique une fois que les conditions auront été remplies mais peu de progrès ont été réalisés depuis, du fait des sanctions internationales imposées contre le pays communiste.

Le mois dernier, Kim Jong-un a effectué une visite au mont Kumgang et ordonné de supprimer toutes les installations «d'apparence désagréable» bâties par le Sud dans le cadre de l'accord intercoréen et de construire son propre complexe touristique là-bas, une démarche démontrant sa frustration vis-à-vis du programme touristique suspendu depuis longtemps et son intention d'y mettre fin.

Séoul a déclaré pour sa part qu'il chercherait des «solutions créatives» à la question du mont Kumgang, en ajoutant que la montagne représente non seulement une destination touristique mais aussi un endroit symbolisant les principaux projets intercoréens allant au-delà de la politique alors qu'il a accueilli des retrouvailles de familles séparées depuis la guerre de Corée (1950-1953).

Séoul a récemment évoqué la possibilité d'autoriser des voyages individuels au mont Kumgang à la condition que des progrès soient réalisés dans les pourparlers avec la Corée du Nord pour garantir la sécurité de ses citoyens.

La KCNA a dénoncé que Séoul essayait de trouver tardivement des «solutions créatives» et des négociations après avoir perdu une décennie en observant la position des Etats-Unis. Le média a ajouté que la Corée du Nord resterait ferme sur son plan de détruire la zone touristique et de la reconstruire.

«Laissant à l'abandon les installations au mont Kumgang pendant plus de 10 ans par crainte des Etats-Unis, les autorités sud-coréennes ont été prises par surprise par notre demande de retirer leurs installations et supplient maintenant de participer à la reprise du programme touristique», a dit la KCNA.

«Alors que le calendrier a été fixé, nous ne pouvons plus perdre de temps», a-t-elle ajouté. «Les autorités sud-coréennes doivent garder à l'esprit que nous avons accordé la dernière générosité pour qu'elles retirent leur biens "médiocres" en prenant en compte nos relations dans le passé».

eloise@yna.co.kr

(FIN)

TAILLE DES CARACTÈRES

Changer la taille des caractères

A A

SAVED

PARTAGER

Pour obtenir le lien, entrer l’adresse URL.