Go to Contents

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

RECHERCHE

Actualités

Moody's : la faible conjoncture mondiale impactera l'économie coréenne en 2020

19.11.2019 à 16h09

SEOUL, 19 nov. (Yonhap) -- L'économie sud-coréenne et un grand nombre de ses principales entreprises continueront à faire face à des vents contraires l'année prochaine en raison du ralentissement de la croissance économique et des tensions commerciales dans le monde, a déclaré ce mardi l'agence de notation Moody's Investors Service.

«Nos prévisions sont négatives. La rentabilité globale des entreprises qui dépendent des exportations s'est détériorée en 2019 du fait du ralentissement de l'économie mondiale et leur stabilité financière s'est affaiblie, car elles continuent à maintenir des investissements de taille», a déclaré Chris Park, directeur général associé de Moody's.

«Il y a une possibilité de voir une amélioration en 2020 mais nous pensons que le taux d'emploi sera limité», a-t-il estimé lors d'une conférence de presse tenue peu après un séminaire pour des investisseurs dans un hôtel à Séoul.

Sur un total de 24 entreprises sud-coréennes évaluées par Moody's, 14 ont des prévisions négatives, a-t-il ajouté.

Cela «reflète la baisse de moyens de protection financiers sur fond de conditions économiques affaiblies et de grands investissements ou les deux», a précisé Moody's dans un communiqué de presse.

Les exportations de la Corée du Sud ont baissé pour le 11e mois consécutif depuis décembre, largement du fait de la crise du marché mondial des semi-conducteurs et de la prolongation de la dispute commerciale entre les Etats-Unis et la Chine, les deux plus grands importateurs mondiaux de produits sud-coréens.

Park a indiqué que la baisse du commerce mondial continuerait à influencer négativement les industries locales, notamment celles qui connaissent un cycle de baisse, comme les secteurs des semi-conducteurs et chimique.

«Les disputes commerciales devraient limiter la rentabilité des entreprises et nous prévoyons que les industries technologique et chimique seront les plus affectées», a-t-il dit.

En dépit d'une telle prévision négative pour les firmes de la Corée du Sud et apparemment pour son économie, Moody's maintiendra la note de la Corée du Sud à «Aa2» avec la perspective stable.

L'agence avait abaissé plus tôt sa prévision de croissance du pays pour 2020 à 2,1%, contre 2,2% auparavant.

Christian de Guzman, responsable du crédit du Sovereign Risk Group chez Moody's, a estimé que l'économie du pays et sa force institutionnelle et budgétaire seraient toujours très fortes.

«La force institutionnelle, qui est liée aux risques de la politique domestique, restent très forte dans l'ensemble en Corée», a-t-il indiqué.

Il a noté que la dette du gouvernement devrait augmenter aux alentours de 42% du produit intérieur brut (PIB) du pays en raison de la «large expansion budgétaire proposée par le gouvernement».

Ce chiffre est toujours conforme au ratio dette nationale-PIB moyen des autres pays ayant la note souveraine de «Aa2», a précisé de Guzman.

Ce dernier a dit que les tensions commerciales entre la Corée du Sud et le Japon provoqueraient de nouveaux risques à la baisse dans le pays mais que cela n'impacterait pas trop l'ensemble de l'économie.

«Il y a peu de preuves montrant des effets perturbateurs de ces disputes sur l'économie coréenne», a-t-il déclaré à des journalistes. «En ce qui concerne les disputes commerciales bilatérales, les tendances globales sont actuellement plus importantes.»

Dans le même contexte, de Guzman a indiqué que la révision à la baisse des perspectives de croissance de la Corée du Sud pourrait être due en partie au ralentissement de l'économie chinoise qui pourrait croître de 5,8% en 2020 après une progression estimée de 6,2% pour cette année.

De plus, la croissance ralentie de la Chine «n'est pas principalement attribuable aux tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine mais aux facteurs structurels en Chine», a-t-il analysé. «Et les secteurs et les pays qui sont exposés à la Chine pourraient faire face à des risques baissiers.»

mjp@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
TAILLE DES CARACTÈRES

Changer la taille des caractères

A A

SAVED

PARTAGER

Pour obtenir le lien, entrer l’adresse URL.