Go to Contents
RECHERCHE

Actualités

(3e LD) Un bureau de Cheong Wa Dae perquisitionné dans le cadre d'une enquête sur un ancien maire adjoint

04.12.2019 à 20h00

SEOUL, 04 déc. (Yonhap) -- Le bureau du président Moon Jae-in a confirmé ce mercredi que les procureurs d'Etat ont exécuté un mandat de perquisition délivré par la cour contre le bureau présidentiel dans le cadre de leur enquête sur la dissimulation présumée d'une enquête sur un ancien maire adjoint accusé de corruption.

Une équipe d'enquêteurs du bureau des procureurs du district Est de Séoul a mené l'opération et le bureau de Moon y a «fidèlement coopéré» conformément aux procédures pertinentes, a déclaré la porte-parole du bureau présidentiel, Ko Min-jung.

Cheong Wa Dae, le bureau présidentiel, a soumis des documents et d'autres matériaux en consultation avec l'accusation, a-t-elle dit aux journalistes. Ko a indiqué que les enquêteurs les ont reçus en face de l'enceinte présidentielle, et ne sont pas entrés dans le bâtiment.

Il est impossible de perquisitionner Cheong Wa Dae dans le cadre d'une enquête criminelle et il n'y a aucun précédent en ce sens, a-t-elle souligné.

L'opération de l'accusation a commencé à 11h30 après l'obtention d'un mandat du tribunal, a indiqué une source informée.

La perquisition vise à obtenir des preuves dans l'affaire concernant Yoo qui a été arrêté pour des accusations de corruption.

Yoo, âgé de 55 ans, était sous la surveillance d'une équipe d'inspection spéciale de Cheong Wa Dae pour des allégations selon lesquelles il aurait reçu des pots-de-vin d'homme d'affaires quand il était directeur général de la Commission des services financiers (FSC) en 2017.

Cependant, Yoo a évité d'être sanctionné pour une raison inconnue et est devenu en 2018 maire adjoint de Busan chargé des affaires économiques.

La perquisition semble se concentrer sur Cho Kuk, l'ancien conseiller présidentiel pour les affaires civiles et ancien ministre de la Justice déshonoré qui subit une autre enquête du Parquet sur des allégations liées à sa famille.

Le Parquet enquête actuellement sur des allégations selon lesquelles Cho et d'autres anciens officiels de Cheong Wa Dae auraient été derrière la fin abrupte de l'investigation sur Yoo.

En février, un ancien inspecteur spécial a envoyé une pétition aux procureurs contre Cho, affirmant que la surveillance a été soudainement arrêtée malgré des méfaits suspects de Yoo.

Il s'agit de la deuxième perquisition à Cheong Wa Dae en un an. En décembre 2018, les procureurs avaient perquisitionné le bureau d'une équipe d'inspection spéciale dans le cadre d'une enquête sur une surveillance illégale alléguée de civils par des officiels du bureau présidentiel.

La perquisition d'aujourd'hui a été menée de manière à inciter les officiels présidentiels à soumettre des preuves aux procureurs et aux enquêteurs.

Baek Won-woo, ancien conseiller présidentiel pour les affaires civiles, fait aussi partie des personnes soupçonnées d'avoir joué un rôle dans la décision de mettre fin à l'inspection sur Yoo.

Baek fait l'objet d'une autre enquête du Parquet sur des allégations selon lesquelles il aurait prévenu la police de méfaits suspects de conseillers d'un candidat d'un parti d'opposition pour influencer les élections locales de l'année dernière.

La question est de savoir si Cheong Wa Dae a joué un rôle dans une enquête policière sur des soupçons de corruption impliquant l'un des plus proches collaborateurs de Kim Gi-hyeon, qui était maire d'Ulsan et qui cherchait à se faire réélire l'année dernière.

Son rival électoral était Song Cheol-ho du Parti Démocrate, au pouvoir, un ami de longue date du président Moon Jae-in. Song a remporté l'élection du 13 juin.

Kim a affirmé publiquement que l'agence de police métropolitaine d'Ulsan avait délibérément perquisitionné son bureau quelques mois avant les élections, incitée par Cheong Wa Dae.

Le scandale a pris une nouvelle tournure le week-end dernier lorsqu'un ancien inspecteur de Cheong Wa Dae, qui faisait partie de l'«équipe spéciale» de Baek, a été retrouvé mort dans ce qui est présumé être un suicide.

Certains organes de presse ont rapporté que sa mort pourrait être liée à l'enquête en cours sur les élections à Ulsan.

Cheong Wa Dae a catégoriquement rejeté ces allégations comme non fondées, citant les résultats de sa propre enquête interne.

Il a été confirmé que la mort de l'inspecteur n'a rien à voir avec la création d'un rapport de Cheong Wa Dae sur l'affaire de corruption présumée impliquant le confident de Kim, a affirmé la porte-parole du bureau présidentiel Ko Ming-jung.

Le rapport a été écrit par un autre membre du personnel de Cheong Wa Dae suite à un tuyau fourni par une connaissance et remis à Baek, a-t-elle dit.

Des journalistes attendent devant Cheong Wa Dae à Séoul, le mercredi 4 décembre 2019, alors que le Parquet a lancé une perquisition dans une division du bureau présidentiel dans le cadre d'une enquête sur un ancien maire adjoint.

mjp@yna.co.kr

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
TAILLE DES CARACTÈRES

Changer la taille des caractères

A A

SAVED

PARTAGER

Pour obtenir le lien, entrer l’adresse URL.