Go to Contents
RECHERCHE

Sport/Culture

Le réalisateur de «In the Absence», nommé aux Oscars, souhaite un regain d'attention sur le Sewol

18.02.2020 à 17h12
Yi Seung-jun, réalisateur du court métrage documentaire «In the Absence», prend la parole lors d'une conférence de presse le mardi 18 février 2020 à Séoul.

SEOUL, 18 fév. (Yonhap) -- Le réalisateur Yi Seung-jun a fait part ce mardi de son souhait que les gens parlent à nouveau davantage du naufrage du ferry Sewol après la nomination aux Oscars 2020 de son court métrage documentaire, «In the Absence».

Son film de 29 minutes était en lice pour le prix du meilleur court métrage documentaire à la 92e cérémonie des Oscars qui s'est tenue le 9 février. Il est le premier film documentaire sud-coréen à avoir été nommé aux Oscars.

Il a été l'un des deux finalistes sud-coréens à un prix avec «Parasite» de Bong Joon-ho qui a décroché l'Oscar du meilleur film et trois autres prix.

«Le but de ce documentaire était de parler de la vérité sur l'incident du Sewol à autant de monde possible à l'étranger. Je pense avoir tenu la promesse faite aux familles et victimes», a déclaré Yi lors d'une conférence de presse à Séoul. «Je pense que c'est un début. J'espère que mon film fera de l'incident du Sewol un sujet de conversation à nouveau.»

«In the Absence» raconte le naufrage du ferry Sewol de 6.800 tonnes qui a tué en avril 2014 plus de 300 personnes dont la plupart des lycéens en voyage scolaire.

Le documentaire creuse les défaillances dans les opérations de recherche et sauvetage du gouvernement et ses mesures de suivi qui semblaient chercher à étouffer la vérité.

Il a remporté le grand prix du jury de l'édition 2018 de DOC NYC, un festival annuel de films documentaires à New York.

Le réalisateur a dit avoir consacré la majorité du temps au montage vidéo et audio sur l'une des pires catastrophes maritimes en Corée du Sud comme le film visait un public étranger.

Son producteur américain, FIeld of Vision, a joué un rôle pour rendre la narration plus compréhensible et abordable aux Etats-Unis.

«Comme je ciblais les étrangers, le montage était essentiel et difficile. Je me demandais si les étrangers pourraient saisir le contexte complexe de la tragédie du Sewol», a rappelé Yi. «Nos producteurs américains ont proposé d'employer un monteur américain et son montage a rendu le film plus posé.»

Il a noté que de nombreux réalisateurs de documentaires et cinéastes coréens pouvaient être attractifs sur le marché américain.

«Un réalisateur n'a pas besoin de faire un film aux Etats-Unis pour recevoir des critiques favorables aux Etats-Unis», a-t-il noté. «Mais vous avez besoin de plus pour avoir le feu vert aux Oscars. Vous devez avoir un soutien financier, aussi bien d'un producteur américain que du gouvernement sud-coréen pour passer la saison des prix.»

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Fil actus Sport/Culture
TAILLE DES CARACTÈRES

Changer la taille des caractères

A A

SAVED

PARTAGER

Pour obtenir le lien, entrer l’adresse URL.