Go to Contents
RECHERCHE

National

(6e LD) Coronavirus : près de 5.200 cas, Moon déclare la guerre au virus

03.03.2020 à 20h45

SEOUL, 03 mars (Yonhap) -- Le nombre de cas de coronavirus en Corée du Sud a approché ce mardi les 5.200, avec une contamination de masse alarmante à Daegu, dans le sud-est du pays. Le président Moon Jae-in a déclaré la «guerre» contre le virus.

Les 374 nouveaux cas, qui ont été identifiés au cours des 16 dernières heures mardi, ont porté le nombre total d'infections dans le pays à 5.186, selon les Centres coréens pour le contrôle et la prévention des maladies (KCDC).

Les 374 cas supplémentaires de ce mardi font suite aux 600 cas comptabilisés lundi et aux pics de 1.062 dimanche et 813 samedi.

A ce jour, 31 personnes dont la plupart souffrait d'une maladie sous-jacente, sont mortes dans le pays après avoir contracté le virus originaire de Chine qui est apparu à la fin de l'année dernière. Daegu a rapporté un décès de plus ce matin mais le cas n'a pas été encore inclus dans le chiffre officiel.

D'après les KCDC, 56,1% des cas confirmés sont liés à la branche de l'église Shincheonji de Jésus, une secte religieuse, à Daegu, la quatrième plus grande ville du pays avec 2,5 millions d'habitants.

Le ministère de la Justice a fait savoir la semaine dernière que certains membres de ce groupe religieux ont visité la ville chinoise de Wuhan, l'épicentre du Covid-19.

Des membres d'une équipe médicale se préparent à accueillir des personnes potentiellement contaminées par le Covid-19 dans un centre de dépistage installé à l'hôpital de l'université de Kyungpook à Daegu, dans le sud-est du pays, le mercredi 26 février 2020.

Parmi les 600 cas détectés lundi, 520 ont été signalés à Daegu, à 300 km au sud-est de Séoul, et 61 dans la province du Gyeongsang du Nord, selon les KCDC.

«La crise à Daegu et dans la province du Gyeongsang du Nord a atteint son apogée et l'ensemble du pays est entré en guerre contre la maladie infectieuse», a déclaré Moon lors d'une réunion avec des ministres et hauts officiels de la santé publique.

Moon a demandé à tous les organismes gouvernementaux de passer à un «système d'alerte d'urgence 24 heures sur 24», évoquant la nécessité de renforcer les préparations pour gérer les mesures de quarantaine et celles liées à l'économie.

Le vice-ministre de la Santé Kim Gang-lip a fait savoir aux journalistes que les autorités élargiraient l'étendue des tests sur les habitants de Daegu, une fois que les tests sur les fidèles de Shincheonji ayant des symptômes seront finis.

Selon Kim, la priorité des tests à Daegu est passée des fidèles de Shincheonji aux résidents de la ville afin de contenir la propagation du virus.

Près de 2.300 patients à Daegu sont liés à Shincheonji, d'après le gouvernement et la mairie de Daegu. A ce jour, environ 11.000 habitants de Daegu se sont soumis à des tests et 1.300 ont été testés positifs au virus.

Le nombre de patients du Covid-19 à Daegu sans relation avec la secte religieuse est en augmentation, a dit Kim, indiquant que la propagation du virus à Daegu a atteint un «certain niveau» de transmission communautaire.

«Il y a une nécessité pour nous d'élargir les tests sur les citoyens ordinaires à Daegu parce que les cas confirmés parmi les habitants ordinaires ne sont pas minoritaires», a dit Kim.

Le gouvernement mettra à disposition davantage d'établissements de confinement à Daegu d'ici le début de la semaine prochaine afin d'accueillir environ 2.000 patients, a ajouté Kim.

Kim a appelé une nouvelle fois les citoyens à continuer leur «éloignement social», se laver les mains avec du savon et éviter les lieux bondés, en soulignant que «la première ligne de défense dépend des gens».

Kim a noté qu'il est difficile de juger si le virus se propage plus rapidement dans d'autres régions, car environ 90% des cas ont été confirmés à Daegu et dans le Gyeongsang du Nord.

A part cette ville et cette province, les cas de contamination communautaire sans origine connue sont en constante augmentation. Le nombre de cas confirmés à Séoul a augmenté de sept pour un total de 98, dont 14 patients sont liés à l'hôpital Sainte-Marie de l'arrondissement de Eunpyeong.

La ville de Busan a enregistré deux patients de plus pour un total de 90, dont 31 personnes sont liées à l'église protestante Oncheon dans l'arrondissement de Dongnae et neuf autres liées à Shincheonji. Les 31 patients de l'église Oncheon sont liés à un rassemblement de trois jours qui s'est terminé le 17 février, selon des officiels. On ne sait pas encore comment ils ont contracté le virus.

Dans des villes du centre du pays, Cheonan et Asan, 55 cas sur un total de 81 patients ont été signalés dans un cours de danse Zumba à Cheonan.

La façon dont le virus s'est propagé au sein de la branche de Shincheonji à Daegu n'est toujours pas claire.

Kwon Jun-wook, un responsable des KCDC, a dit aux journalistes que deux fidèles de Shincheonji ont visité la ville de Wuhan «après janvier» et l'un des deux a été testé positif au virus à la fin de février. La Chine a placé en quarantaine Wuhan le 23 janvier.

Il est difficile de juger que le membre de Shincheonji a entraîné les infections de masse à la branche de Daegu car la plupart des patients liés à Shincheonji ont développé des symptômes du 7 au 10 février et du 14 au 18 février, a déclaré Kwon.

La Corée du Sud a testé plus de 120.000 personnes à ce jour dans le cadre des réponses rapides du gouvernement pour endiguer le virus et isoler les patients. Kwon a affirmé qu'il n'y avait «aucun problème» dans l'approvisionnement en kits de dépistage.

Depuis que le niveau d'alerte a été relevé à «rouge» (critique), soit le plus haut niveau, le 23 février, les autorités sanitaires cherchent notamment à endiguer la propagation du virus à Daegu, l'épicentre du virus en Corée du Sud, et dans la province du Gyeongsang du Nord.

D'après des experts, le nombre de cas d'infection devrait augmenter dans les jours à venir alors que les autorités sanitaires sont en train d'examiner plus de 210.000 fidèles de Shincheonji, au cœur de la propagation rapide du virus à travers le pays.

Après la première apparition le 20 janvier en Corée du Sud, le rythme de contamination n'était pas alarmant jusqu'au 17 février, jour où une femme de 61 ans liée à l'église Shincheonji a été testée positive au virus.

Depuis, le pays a connu une flambée d'infections et les tests de dépistage se sont multipliés à grande vitesse.

La Corée du Sud comptait lundi soir un total de 34 patients sortis d'hôpital suite à une guérison complète du virus, soit trois personnes de plus par rapport à un jour plus tôt, ont indiqué les KCDC.

Le nombre de personnes soumises à des tests et mises en quarantaine pour observation est de 35.555. Le pays a effectué des tests sur un total de 121.039 personnes dont 85.484 ont été testées négatives.

A l'heure actuelle, aucune preuve montrant que le nouveau coronavirus se transmet par voie aérienne n'a été trouvée. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a indiqué que le virus se transmettait à travers des gouttelettes ou des contacts étroits. Les meilleurs moyens de se protéger du virus sont de se laver les mains avec du savon pendant au moins 20 secondes et d'éviter les grands rassemblements, ont dit des responsables de santé.

Pour aider à informer les étrangers en Corée du Sud sur le virus, Arirang TV et le Service culturel et d'information coréen (KOCIS), géré par l'Etat, ont dit fournir actuellement des services de traduction simultanée en anglais lors des conférences de presse des autorités sanitaires via la chaîne YouTube d'Arirang TV (www.youtube.com/user/arirang) et sur le site Internet du KOCIS (www.korea.net), à 11h et 14h.

eloise@yna.co.kr

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Fil actus National
TAILLE DES CARACTÈRES

Changer la taille des caractères

A A

SAVED

PARTAGER

Pour obtenir le lien, entrer l’adresse URL.