Go to Contents
RECHERCHE

International

Un sommet Trump-Kim serait improbable avant l'élection présidentielle américaine

30.06.2020 à 09h40

WASHINGTON, 29 juin (Yonhap) -- Le principal envoyé américain pour la Corée du Nord, Stephen Biegun, a déclaré lundi qu'un autre sommet entre le président Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un serait peu probable avant l'élection présidentielle de novembre aux Etats-Unis.

Biegun, secrétaire d'Etat adjoint et négociateur en chef du programme d'armes nucléaires de la Corée du Nord, a fait cette remarque lors d'un forum virtuel organisé par le German Marshall Fund des Etats-Unis, un groupe de réflexion dont le siège est basé à Washington.

«Je pense que c'est peu probable d'ici les élections américaines», a-t-il affirmé en réponse à une question sur la possibilité d'une nouvelle rencontre entre Trump et Kim.

«Dans le temps qui nous reste et avec la douche froide que le Covid-19 a provoquée sur le monde entier, il est difficile d'envisager les circonstances dans lesquelles nous pourrions organiser un sommet international en personne, mais certainement un engagement entre les deux parties, et nous sommes prêts à le faire», a-t-il dit.

Trump et Kim se sont rencontrés à trois reprises depuis juin 2018 pour tenter de parvenir à un accord sur le démantèlement du programme d'armes nucléaires du Nord en échange de concessions américaines.

Néanmoins, les négociations au niveau opérationnel n'ont pas progressé en raison d'un profond différend sur la portée de la dénucléarisation de la Corée du Nord et de l'allégement des sanctions par les Etats-Unis.

Le secrétaire d'Etat adjoint et négociateur en chef du programme d'armes nucléaires de la Corée du Nord, Stephen Biegun.(EPA=Yonhap)

Biegun a exprimé sa frustration quant au fait que les responsables nord-coréens n'aient pas été autorisés à discuter du programme d'armes nucléaires lors de leurs réunions.

La dernière fois que les deux parties se sont rencontrées, c'était en Suède en octobre.

«La conclusion d'un accord avec la Corée du Nord dépendra des Nord-Coréens, pas seulement de nous», a-t-il souligné. «Nous avons présenté un plan assez solide et détaillé selon lequel si les Nord-Coréens s'engageaient avec nous dans des négociations, nous pourrions progresser très rapidement.»

Biegun a déclaré que l'objectif américain restait la «dénucléarisation finale et complète de la péninsule coréenne». Dans le même temps, a-t-il ajouté, «nous pensons qu'il existe un avenir beaucoup plus prometteur pour la population de la péninsule coréenne».

L'envoyé a estimé qu'étant donné les difficultés économiques en Corée du Nord, qui, selon lui, risquent de s'aggraver, il était curieux de savoir pourquoi le régime refuse de s'engager «au niveau politique».

«Les pressions sont immenses sur le régime et le régime continue de donner la priorité aux dépenses de ses ressources sur ses capacités militaires», a-t-il noté.

«Donc, cela va également nous obliger à maintenir une dissuasion totale, ce que nous allons faire et faisons. Je ne pense pas que quiconque en doute», a poursuivi Biegun, faisant référence à la volonté de l'armée américaine de répondre à toute agression nord-coréenne «et continuer à laisser la porte ouverte à la diplomatie».

«Nous pensons qu'il est encore temps pour les Etats-Unis et la Corée du Nord de faire des progrès substantiels dans la direction que nous pensons que les deux parties veulent prendre», a-t-il ajouté.

Trump a publiquement gardé le silence sur la Corée du Nord alors qu'il est occupé par la pandémie de coronavirus et sa campagne de réélection, bien qu'il ait précédemment présenté ses réunions avec Kim comme une victoire de politique étrangère qui a évité la guerre avec le Nord.

La semaine dernière, l'ancien conseiller à la sécurité nationale de Trump, John Bolton, a écrit des comptes rendus accablants sur les engagements du président américain avec Kim dans ses mémoires récemment publiées, «The Room Where It Happened».

Selon le livre, Trump a déclaré au président sud-coréen Moon Jae-in avant sa troisième rencontre avec Kim dans la Zone démilitarisée (DMZ) en juin 2019 qu'il pourrait demander que le prochain sommet américano-nord-coréen se tienne après l'élection américaine.

Le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un échangent une poignée de main le dimanche 30 juin 2019 dans la Zone commune de sécurité (JSA), au village de la trêve de Panmunjom.

as26@yna.co.kr

(FIN)

Fil actus International
TAILLE DES CARACTÈRES

Changer la taille des caractères

A A

SAVED

PARTAGER

Pour obtenir le lien, entrer l’adresse URL.