Go to Contents
RECHERCHE

Actualités

Les syndicats et le patronat restent très divisés sur le salaire minimum

01.07.2020 à 15h12

SEOUL, 01 juil. (Yonhap) -- Les syndicats ont réclamé ce mercredi une hausse de 16,4% du salaire minimum national pour l'année prochaine, tandis que les employeurs ont appelé à une baisse de 2,1%, présageant d'âpres négociations déjà compliquées par l'impact de la pandémie de nouveau coronavirus (Covid-19).

Les deux parties ont présenté leurs demandes initiales lors d'une quatrième réunion plénière de la Commission du salaire minimum à Séoul.

Le salaire minimum de cette année est de 8.590 wons (7,17 dollars) de l'heure, ce qui représente une augmentation de 2,9% en glissement annuel, bien en deçà des 10,9% en 2019 et des 16,4% en 2018.

Les commissaires des employeurs ont demandé que le taux de l'année prochaine soit réduit de 2,1% à 8.410 wons par heure, invoquant une détérioration des conditions commerciales en raison de l'épidémie et de fortes augmentations du plancher salarial depuis 2018.

«Les propriétaires de petites et moyennes entreprises ont beaucoup souffert en raison des hausses excessives du salaire minimum au cours des trois dernières années et le Covid-19 aggrave maintenant les choses», a déclaré Ryu Ki-jeong, un haut fonctionnaire de la Fédération des employeurs coréens (KEF), lors de la réunion.

«Une récente enquête dans les milieux d'affaires a montré qu'aussi bien les travailleurs au salaire minimum et que leurs employeurs exigent fortement un gel ou une baisse du salaire minimum» a-t-il ajouté.

La Commission du salaire minimum tient une session plénière à Séoul, le 1er juillet 2020.

Les représentants syndicaux ont demandé 10.000 wons par heure, soit une augmentation de 16,4%.

Lee Dong-ho, secrétaire général de la Fédération des syndicats coréens (FKTU), a souligné que même pendant les crises financières de 1997 et 2008, les augmentations du salaire minimum étaient de l'ordre de 2%.

«Même dans le contexte de Covid-19 cette année, les augmentations de salaires dans les grandes entreprises ont été fixées à des niveaux bien supérieurs à ce niveau», a-t-il argumenté.

«Si le salaire minimum augmente à un niveau inférieur à celui-ci, la vie des travailleurs s'aggravera et la polarisation des revenus s'élargira.»

Le président Moon Jae-in s'est engagé lors de sa campagne présidentielle en 2017 à porter le salaire minimum horaire à 10.000 wons d'ici 2020 dans le cadre des efforts visant à stimuler la consommation intérieure et à réduire les écarts de revenus. Mais il s'est excusé en 2018 lorsqu'il lui est devenu impossible de tenir sa promesse pendant son mandat.

Les pourparlers sur le salaire minimum devraient être plus difficiles cette année car les travailleurs et les entreprises sont confrontés à des conditions difficiles en raison du marasme économique induit par le coronavirus.

Le mois dernier, le gouvernement a réduit ses perspectives de croissance pour cette année à 0,1% par rapport à la projection précédente de 2,4% en raison de la pandémie.

La commission devrait parvenir à une décision d'ici la mi-juillet étant donné que le gouvernement est tenu d'émettre un avis public avant le 5 août. Le panel a déjà dépassé le délai légal du 29 juin pour conclure ses délibérations.

as26@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
TAILLE DES CARACTÈRES

Changer la taille des caractères

A A

SAVED

PARTAGER

Pour obtenir le lien, entrer l’adresse URL.