Go to Contents

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

RECHERCHE

Actualités

(LEAD) La candidate sud-coréenne à la tête de l'OMC est derrière sa rivale nigériane

28.10.2020 à 22h56

SEOUL, 28 oct. (Yonhap) -- La ministre du Commerce, Yoo Myung-hee, la candidate sud-coréenne à la direction de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) est derrière de sa rivale nigériane, Ngozi Okonjo-Iweala, dans le décompte final des préférences, a rapporté ce mercredi Reuters.

Après le processus de sélection de plusieurs mois marqué par des politiques de pouvoir intenses et la diplomatie en coulisses, l'OMC a notifié à ses pays membres le résultat de la dernière ronde des consultations durant lesquelles les pays membres ont indiqué leur préférence entre les deux finalistes.

L'arbitraire du commerce international a informé d'abord la Corée du Sud et le Nigéria du résultat vers 19h (heure coréenne) à travers leurs missions à Genève puis le reste des Etats membres de l'OMC seront informés environ quatre heures plus tard, ont indiqué des sources diplomatiques.

Le gouvernement n'a pas publié officiellement le résultat de ces consultations mais une source gouvernementale a confirmé par téléphone que «Yoo a reçu moins de soutiens» à l'agence de presse Yonhap, sous couvert d'anonymat.

Le résultat du décompte final des préférences ne sonnera pas le glas de la campagne acharnée de Yoo pour la direction de l'OMC, car la gagnante sera déterminée sur la base du consensus de tous les pays membres, y compris les grandes puissances comme les Etats-Unis et la Chine.

Si le résultat montre qu'un candidat particulier a reçu un soutien écrasant, avec l'autre acceptant de se retirer, le gagnant pourrait facilement être annoncé, sauf une vive opposition des principaux pays.

Reste à savoir quelle décision sera prise par le gouvernement de la Corée du Sud.

«En tenant compte du nombre de pays qui nous soutiennent et les contours généraux du processus de sélection, nous ferons de notre mieux durant les consultations de suivi avec les pays membres dans le processus pour trouver le consensus», a déclaré un responsable du ministère des Affaires étrangères.

Le récent soutien de l'Union européenne à Okonjo-Iweala a porté un coup dur à la candidature de Yoo, bien qu'il était largement prévu, compte tenu de l'attachement historique de l'Europe au continent africain et des références tant vantées de la candidate nigérienne sur la scène internationale.

La position apparente du Japon contre Yoo a également été citée comme un obstacle clé à la campagne de Yoo, les observateurs prévoyant que Tokyo s'opposerait à un candidat sud-coréen en partie en raison d'une dispute en cours sur ses restrictions à l'exportation et l'histoire en temps de guerre.

Les analystes supposent pourtant qu'avec les Etats-Unis favorisant apparemment Yoo, le Japon ne s'engagerait pas dans des démarches ouvertes pour discréditer Yoo, au moins dans le processus de sélection d'un candidat consensuel.

Selon le média américain Politico, le département d'Etat américain a consulté certains de ses responsables des ambassades pour savoir si leur pays hôte soutient la sélection de Yoo comme chef de l'OMC, ce qui montre «un signe clair à ce jour» que les Etats-Unis soutiennent le candidat sud-coréen, selon le média.

Le soutien de Washington ne constitue pas nécessairement un coup de pouce décisif pour Yoo, ont déclaré certains observateurs, notant que certains membres de l'OMC, qui se sont opposés à la décision apparente des Etats-Unis de paralyser la fonction de l'OMC en tant qu'organe d'appel, pourraient tourner le dos à un candidat que Washington soutient explicitement.

Au cours des mois de processus de sélection, la Corée du Sud a mobilisé toutes ses sources diplomatiques, le président Moon Jae-in ayant passé des appels téléphoniques avec des dizaines d'homologues étrangers et la ministre des Affaires étrangères Kang Kyung-wha faisant de même.

La ministre du Commerce, Yoo Myung-hee (à gauche), la candidate sud-coréenne à la direction de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), et sa rivale nigériane, Ngozi Okonjo-Iweala. (Photo d'archives Yonhap)

eloise@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
TAILLE DES CARACTÈRES

Changer la taille des caractères

A A

SAVED

PARTAGER

Pour obtenir le lien, entrer l’adresse URL.