Go to Contents

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

RECHERCHE

National

(2e LD) La Cour suprême confirme la peine de 17 ans de prison contre l'ancien président Lee Myung-bak

29.10.2020 à 14h07
L'ex-président Lee Myung-bak comparaît devant la Haute Cour de Séoul pour son procès en appel, le mercredi 19 février 2020.

SEOUL, 29 oct. (Yonhap) -- La Cour suprême a confirmé la décision d'une cour d'appel de condamner l'ancien président Lee Myung-bak à 17 ans de prison pour corruption et détournement de fonds.

En février dernier, la Haute Cour de Séoul avait condamné Lee à une peine de 17 ans de prison ainsi qu'à une amende de 13 milliards de wons (10,9 millions de dollars) et une pénalité de 5,7 milliards de wons.

L'ancien président âgé de 78 ans, qui a dirigé le pays de 2008 à 2013, a été inculpé en avril 2018 de 16 chefs d'accusation, dont le détournement fonds en lien avec une entreprise de pièces détachées automobiles DAS et la perception de pots-de-vin.

En octobre 2018, la Cour centrale du district de Séoul l'a reconnu coupable ou partiellement coupable de sept chefs d'accusation et condamné à 15 ans de prison ferme ainsi qu'à une amende de 13 milliards de wons pour corruption. Il est ainsi devenu le quatrième ancien chef d'Etat sud-coréen à être condamné au pénal.

Le tribunal a également conclu que Lee était le patron de facto de DAS, une entreprise appartenant officiellement à son frère aîné, au centre du scandale. Lee a toujours nié cette allégation.

La Haute Cour de Séoul a ensuite condamné Lee en février dernier à 17 ans de prison, soit deux ans de plus que le tribunal du district de Séoul, en raison du montant révisé à la hausse des pots-de-vin perçus.

La cour d'appel a jugé que Lee avait détourné près de 25,2 milliards de wons en contrôlant la société DAS et reçu un total de 9,4 milliards de wons de pots-de-vin, dont 8,9 milliards de wons de Samsung. Ces montants étaient plus élevés que les 24,6 milliards de wons de fonds détournés et les 8,5 milliards de wons de pots-de-vin reconnus en première instance.

Le tribunal a conclu que Lee avait utilisé son pouvoir présidentiel pour tirer profit de la société en acceptant des dessous-de-table de Samsung Electronics Co. sous forme de frais de justice.

L'ex-président sera de nouveau emprisonné, la plus haute cour ayant déclaré que l'injonction de février du tribunal inférieur de l'autoriser à sortir de prison était devenue invalide.

rainmaker0220@yna.co.kr

(FIN)

Fil actus National
TAILLE DES CARACTÈRES

Changer la taille des caractères

A A

SAVED

PARTAGER

Pour obtenir le lien, entrer l’adresse URL.