Go to Contents

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

RECHERCHE

Actualités

(2e LD) Condamné à 2 ans et demi de prison, l'héritier de Samsung est de nouveau incarcéré

18.01.2021 à 17h08
Le vice-président de Samsung Electronics Co. Lee Jae-yong arrive à la Haute Cour de Séoul, le lundi 18 janvier 2021, afin d'assister à une audience dans le cadre d'une affaire de corruption.
Le vice-président de Samsung Electronics Co., Lee Jae-yong, arrive à la Haute Cour de Séoul le lundi 18 janvier 2021 pour assister à une audience dans le cadre d'un nouveau procès sur l'affaire de corruption impliquant l'ancienne présidente Park Geun-hye.

SEOUL, 18 jan. (Yonhap) -- L'héritier de Samsung, Lee Jae-yong, a été condamné à deux ans et demi d'emprisonnement dans un nouveau procès pour l'affaire de corruption impliquant l'ancienne présidente Park Geun-hye. Il a été immédiatement placé derrière les barreaux, moins de trois ans après qu'il a été libéré.

La Haute Cour de Séoul a condamné a condamné le vice-président de Samsung Electroncis Co. à une peine de prison pour avoir soudoyé Park et Choi Soon-sil, une confidente de l'ancienne présidente déchue, alors qu'il cherchait un soutien du gouvernement pour succéder à son père à la tête du groupe Samsung en 2015.

«Il a offert des pots-de-vin à Park à sa demande et s'est lancé dans des activités inappropriées en sollicitant, bien qu'implicitement, le soutien de Park dans le transfert du pouvoir managérial (chez Samsung)», a déclaré la cour en rendant son verdict.

Park a été destituée plus tard pour corruption et abus de pouvoir. La semaine dernière, la Cour suprême a confirmé la condamnation à 20 ans de prison de l'ex-présidente Park pour corruption et détournement de fonds. Choi a été condamnée à 18 ans de prison pour abus de pouvoir, coercition et corruption en juin dernier.

«Le comité de conformité de Samsung n'est pas perçu comme suffisamment efficace pour être considéré comme un des facteurs de la détermination de la peine», a aussi déclaré la cour en notant que le comité semblait avoir une autorité limitée et quelque peu imprécise pour contrôler les potentielles irrégularités de la société.

Le tribunal s'est référé au fait que Samsung a lancé le comité en février 2020 pour surveiller le respect des lois et de l'éthique par l'entreprise, après que la même cour a ordonné à Lee en octobre 2019 d'établir des mesures pour prévenir les écarts éthiques de Samsung.

La société avait placé de grands espoirs dans le comité pour soutenir Lee dans le procès et pour obtenir une condamnation avec sursis.

Au moment de l'annonce du verdict, Lee a eu un regard fixe et vide pendant un instant. Quand les juges ont quitté la salle d'audience, il a parlé avec ses avocats. Il a tout de suite été arrêté, moins de trois ans après sa libération suite à une condamnation avec sursis.

L'héritier de Samsung, âgé de 52 ans, a été accusé en février 2017 d'avoir versé 29,8 milliards de wons (27,4 millions de dollars) de pots-de-vin et d'avoir promis 21,3 milliards de wons de plus.

En 2017, il a été condamné à cinq ans d'emprisonnement pour avoir fourni un total de 8,9 milliards de wons pour l'entraînement équestre de la fille de Choi et une fondation sportive gérée par la famille de Choi.

Mais il a été libéré l'année suivante après qu'une cour d'appel a réduit la peine à deux ans et demi avec sursis en se basant sur une révision à la baisse des pots-de-vin versés, à 3,6 milliards de wons.

En août 2019, la Cour suprême a cependant annulé le jugement et envoyé l'affaire en appel pour une nouvelle procédure. Elle a déclaré que les 3,4 milliards de wons utilisés pour acheter des chevaux pour la fille de Choi et les dons offerts à la fondation sportive devaient être considérés comme des pots-de-vin, pour un montant combiné de 8,6 milliards de wons.

Le verdict de lundi a anéanti les espoirs des soutiens de Lee et d'autres chefs d'entreprise qui ont demandé au tribunal la clémence à l'égard de Lee, citant son rôle pour aider à surmonter les difficultés économiques provoquées par la pandémie de nouveau coronavirus (Covid-19). En disant que la décision est injuste, des soutiens ont protesté contre le jugement dans la salle d'audience. Certains étaient même en larmes.

«La nature de l'affaire est l'abus de pouvoir de l'ancienne présidente, qui a transgressé la liberté et les droits de propriété des entreprises», a déclaré Lee In-jae, l'un des avocats de Lee. «De ce fait, la décision est très regrettable.»

Le verdict, cependant, a été vivement salué par des activistes anti-corruption qui ont demandé à la justice de tout faire pour empêcher les collusions entre les industriels et l'élite politique, qui sont souvent critiquées pour être à l'origine de la mauvaise gestion des entreprises dans le pays.

rainmaker0220@yna.co.kr

(FIN)

TAILLE DES CARACTÈRES

Changer la taille des caractères

A A

SAVED

PARTAGER

Pour obtenir le lien, entrer l’adresse URL.