Go to Contents

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

RECHERCHE

Actualités

Un ex-thérapeute d'une équipe de triathlon condamné à 8 ans de prison pour abus

22.01.2021 à 16h24

DAEGU, 22 jan. (Yonhap) -- Un ancien physiothérapeute d'une équipe locale de triathlon a été condamné ce vendredi à huit ans de prison pour avoir agressé sexuellement et physiquement une athlète qui s'est suicidée l'an dernier.

La Cour du district de Daegu a condamné Ahn Joo-hyeon, ancien thérapeute de l'équipe de triathlon de la municipalité de Gyeongju, à une peine de huit ans de prison et à une amende de 10 millions de won (9.090 dollars) pour fraude, agressions sexuelles et physiques, et violation de la loi sur le service médical.

Le tribunal a également interdit à Ahn de travailler avec des enfants, des jeunes et des personnes handicapées pendant sept ans et lui a ordonné de suivre 80 heures de traitement pour délinquants sexuels. Son identité et ses crimes devront également être rendus publics pendant sept ans.

Ces images combinées produites par Yonhap News TV montre Ahn Joo-hyeon, un ancien thérapeute de l'équipe de triathlon de la municipalité de Gyeongju. Ahn a été condamné à huit ans de prison par un tribunal local le 22 janvier 2021 pour avoir abusé physiquement et sexuellement de la triathlète Choi Suk-hyeon, qui s'est suicidée en juin.

Ahn a été inculpé en août de l'année dernière pour avoir extorqué plus de 200 millions de wons à ses athlètes pour des soins médicaux, alors qu'il n'avait pas de licence.

Il a également été accusé d'avoir abusé verbalement et physiquement de plusieurs athlètes et d'avoir harcelé sexuellement plusieurs coéquipières.

Les allégations ont été révélées après que Choi Suk-hyeon, autrefois membre de l'équipe nationale pour la course multisport, a été retrouvée morte suite à un suicide apparent en juin. Elle aurait laissé un message à sa mère pour «dénoncer les crimes de ces personnes» en référence à ses agresseurs présumés, notamment Ahn, son entraîneur et certains coéquipiers.

Trois mois avant de se suicider, Choi avait déposé une plainte pour abus à leur encontre.

«L'accusé a utilisé son statut de supérieur pour attaquer et harceler des athlètes sous le prétexte de traitement médical», a jugé le tribunal, liant ses actions à la mort de Choi.

Le tribunal a ajouté qu'une punition sévère était inévitable car aucun effort n'a été fait pour soulager la douleur intense et l'humiliation sexuelle des victimes, mais il a pris en compte l'attitude de remords d'Ahn qui admis tous ses crimes au cours de l'enquête de l'accusation.

Après la décision, le père et les coéquipiers de la défunte triathlète ont déclaré à la presse qu'ils étaient déçus de la peine, qui était plus légère que la demande de l'accusation de 10 ans de prison.

Des procès pour les autres agresseurs présumés, y compris l'entraîneur de Choi et certains de ses coéquipiers, sont en cours.

La défunte triathlète sud-coréenne Choi Suk-hyeon reçoit une médaille d'or aux Jeux nationaux des sports marins de 2013 à Ulsan, à 400 kilomètres au sud-est de Séoul. (Photos fournies par la famille de Cho. Revente et archivage interdits.)

as26@yna.co.kr

(FIN)

TAILLE DES CARACTÈRES

Changer la taille des caractères

A A

SAVED

PARTAGER

Pour obtenir le lien, entrer l’adresse URL.