Go to Contents

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

RECHERCHE

Interviews

(Interview Yonhap) L'actrice Kim Tae-ri espère que «Space Sweepers» inspirera plus de space opéras locaux

16.02.2021 à 16h37

SEOUL, 16 fév. (Yonhap) -- Lors de la sortie de «Mademoiselle», un thriller érotico-psychologique du célèbre réalisateur sud-coréen Park Chan-wook sorti en 2016, une jeune actrice incarnant une adolescente désinvolte et indépendante dans les années 1930 a attiré l'attention des cinéphiles et cinéastes.

Il s'agissait de Kim Tae-ri, alors âgée de 26 ans, qui a fait ses débuts sur grand écran avec le projet de haut niveau après avoir été triée sur le volet par Park parmi 1.500 candidates qui avaient été auditionnées pour le rôle.

Depuis lors, ses choix ont attiré l'attention des médias et ont été à la hauteur des attentes dans le film acclamé par la critique «Little Forest» (2018) et la série télévisée historique très appréciée «Mr. Sunshine» (2018).

Kim Tae-ri dans «Space Sweepers». (Photo fournie par Netflix. Archivage et revente interdits)

Cette fois, Kim est revenue avec le space opéra «Space Sweepers», réalisé par Jo Sung-hee, en tant que capitaine du vaisseau spatial Victory.

«La première fois que j'ai lu le scénario de "Space Sweepers", je l'ai trouvé très intéressant mais je ne pouvais pas m'imaginer jouer un rôle dans le film», a-t-elle déclaré lundi dans une interview Zoom avec l'agence de presse Yonhap et d'autres médias locaux. «J'imagine généralement mon personnage en train de parler et de bouger dans ma tête pendant que je lis un scénario. Mais pour "Space Sweepers", cette imagination n'a pas fonctionné.»

«Space Sweepers» raconte les aventures d'un groupe de charognards spatiaux qui chassent les débris pour gagner de l'argent en 2092 dans un univers fictif où la Terre est presque détruite par la pollution et une caste de personnes de la classe supérieure construisent un nouveau monde habitable dans l'espace sous la direction de UTS Corporation.

Kim incarne le rôle de la mystérieuse et charismatique capitaine Jang, qui dirige le vaisseau spatial délabré Victory et trois marginaux : le pilote Tae-ho (Song Joong-ki), l'ingénieur Tiger Park (Jin Seon-kyu) et le robot humanoïde Bubs (Yoo Hai-jin).

Le film est devenu le premier long-métrage spatial à succès du pays, un genre traditionnellement dominé par les studios hollywoodiens avec des acteurs occidentaux.

«Le réalisateur m'a dit qu'il voulait créer une capitaine qui ne ressemblerait pas à une guerrière avec un physique plus imposant et plus fort, alors il m'a choisie», a-t-elle expliqué. «Mais il était difficile pour moi de briser l'image stéréotypée d'un capitaine. Elle ne me ressemblait pas.»

Kim Tae-ri dans «Space Sweepers». (Photo fournie par Netflix. Archivage et revente interdits)

Kim a donc apporté quelques modifications à son personnage, une ancienne chercheuse extrêmement douée réduite à collecter les débris spatiaux après avoir tenté de tuer le fondateur d'UTS, afin de donner à la capitaine Jang une profondeur humaine et chaleureuse derrière son visage froid et impassible.

«Je pensais que ce serait morne si la capitaine Jang était juste une personne parfaite, cool et charismatique», a-t-elle souligné. «J'ai donc créé une capitaine qui est parfois un peu farfelue et espiègle, et qui se mêle bien aux membres de son équipage.»

Ces caractéristiques complexes et sophistiquées expliquent le dernier choix que la capitaine Jang fait pour sauver Dorothy, une petite fille qui possède des pouvoirs mystérieux recherchés, et la Terre, a-t-elle noté.

Grâce aux performances du casting et aux effets spéciaux de qualité générés par ordinateur, «Space Sweepers» a réussi à créer un buzz à travers le monde pour se hisser au sommet du palmarès des films de Netflix lors de sa première semaine de sortie le 5 février.

Kim a déclaré que le succès de «Space Sweepers» confirme que les histoires imaginatives et créatives peuvent être réalisées et mises en scène à l'écran.

«Je pense que c'est un bon début. Il n'y a pas d'histoires qui ne peuvent être réalisées actuellement en Corée», a-t-elle estimé. «Cela inspirera probablement de nombreux cinéastes et écrivains ici. J'ai hâte de voir plus d'œuvres originales créatives à l'avenir.»

Kim Tae-ri. (Photo fournie par Netflix. Archivage et revente interdits)

as26@yna.co.kr

(FIN)

TAILLE DES CARACTÈRES

Changer la taille des caractères

A A

SAVED

PARTAGER

Pour obtenir le lien, entrer l’adresse URL.