Go to Contents

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

RECHERCHE

Actualités

La tragédie des «femmes de réconfort» doit être abordée comme une question des «droits humains universels»

24.02.2021 à 09h42
Réunion de l'OHCHR

SEOUL, 24 fév. (Yonhap) -- Le deuxième vice-ministre des Affaires étrangères Choi Jong-moon a souligné que la tragédie des victimes de l'esclavage sexuel en temps de guerre du Japon devait être abordée comme une «question des droits humains universels» en promettant de poursuivre les efforts de Séoul pour restaurer leur dignité.

Choi a tenu ces propos dans un discours préenregistré pour le segment de haut niveau du Conseil des droits de l'Homme des Nations unies (OHCHR) mardi (heure suisse) alors que la question de l'esclavage sexuel en temps de guerre a refait surface avec une affirmation très critiquée d'un professeur de l'université Harvard selon laquelle les victimes étaient des prostituées volontaires.

«Les générations actuelles et futures doivent tirer des leçons précieuses de l'expérience douloureuse des victimes de la Deuxième Guerre mondiale, des "femmes de réconfort"», a déclaré Choi en faisant référence à l'euphémisme pour désigner les anciennes esclaves sexuelles.

«La tragédie des "femmes de réconfort" doit être abordée comme une question des droits humains universels et la récurrence de telles graves violations des droits humains dans les conflits doit être prévenue», a-t-il ajouté.

La question des femmes de réconfort a attiré de nouveau l'attention après que J. Mark Ramseyer de la Harvard Law School a écrit un article où il décrit les victimes comme des prostituées qui ont travaillé en vertu de contrats volontaires.

Cette question demeure toujours épineuse entre Séoul et Tokyo alors que la justice sud-coréenne a ordonné le mois dernier au Japon de verser 100 millions de wons (89,928 dollars) de réparations à chacune des 12 anciennes esclaves sexuelles qui avaient intenté un procès sans reconnaître l'immunité souveraine dans le procès.

Dans son discours, Choi a réitéré l'«approche centrée sur les survivants» de Séoul pour rétablir l'honneur des victimes.

«Le gouvernement coréen continuera de s'efforcer de restaurer la dignité et l'honneur des victimes nonagénaires dont le nombre est en diminution avec une approche centrée sur les survivantes», a-t-il déclaré.

Le vice-ministre a également mis l'accent sur l'«intérêt profond» de Séoul pour la situation des droits de l'Homme en Corée du Nord, tout en notant que la situation humanitaire au Nord pourrait se dégrader à cause des sanctions économiques, du nouveau coronavirus (Covid-19) et des catastrophes naturelles.

«Les inquiétudes sur la situation des droits humains ne doivent nous empêcher de prêter attention à la situation humanitaire en Corée du Nord», a-t-il noté.

Choi a également appelé à porter une attention sur la tragédie des familles séparées par la guerre de Corée (1950-1953) en la décrivant comme l'une des questions humanitaires et des droits humains les plus urgentes.

A propos de la situation politique en Birmanie, Choi a réaffirmé le «plus profond respect» à l'aspiration du peuple birman pour la démocratie.

«Nous espérons que la situation sera résolue pacifiquement conformément à un processus légitime et démocratique», a-t-il noté.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

TAILLE DES CARACTÈRES

Changer la taille des caractères

A A

SAVED

PARTAGER

Pour obtenir le lien, entrer l’adresse URL.