Go to Contents

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

RECHERCHE

Actualités

Fukushima : le paton de l'AIEA souhaite «certainement» la participation de Séoul à la surveillance des eaux

21.04.2021 à 11h41
Cette capture d'écran montre Rafael Mariano Grossi, directeur général de l'AIEA, au cours d'une interview accordée à Yonhap en visioconférence, le 20 avril 2021.

GENEVE/SEOUL, 21 avr. (Yonhap) -- Le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Rafael Mariano Grossi, a déclaré espérer «certainement» que des experts sud-coréens participeront à la surveillance par l'agence du rejet en mer des eaux radioactives de la centrale nucléaire japonaise de Fukushima.

Le patron de l'AIEA a accordé mardi une interview à l'agence de presse Yonhap en visioconférence alors que Séoul cherche à prendre part aux efforts de vérification dirigés par l'AIEA sur fond d'inquiétudes croissantes sur les risques pour la santé concernant le plan de Tokyo de déverser de l'eau contaminée au tritium dans l'océan Pacifique.

«Je l'espère certainement», a-t-il déclaré. «Il y a beaucoup de talents dans votre pays, notamment dans ce domaine, où la Corée est l'une des nations leader au monde dans l'énergie nucléaire, la science nucléaire et la technologie nucléaire», a fait remarquer Grossi.

«Je suis sûr que cela garantira une équipe riche et forte. Une collaboration d'experts de votre pays sera très précieuse», a-t-il assuré en ajoutant qu'il informera Séoul en temps opportun.

La Corée du Sud envisage de participer à l'équipe de surveillance de l'AIEA, cruciale en vue de garantir la sécurité du rejet par le Japon. Séoul a fait part de ses inquiétudes autour du plan de déversement en notant que Tokyo n'a pas fourni d'informations suffisantes sur le rejet.

Grossi a souligné que son organisation était un organe neutre qui ne prend pas parti.

«L'AIEA est un organe technique neutre et impartial.», a-t-il assuré. «La mission que nous avons est de nous assurer et de certifier que l'ensemble de l'opération, avant, durant l'exécution et après l'évaluation, (est) en ligne avec les normes internationalement reconnues», a-t-il souligné.

Grossi a également fait part de son plan d'envoyer la première mission technique au Japon dans le courant de cette année et de se rendre dans le pays avant que les opérations de déversement réelles ne commencent.

«Cet ensemble de choses concerne la manière dont l'AIEA peut intégrer ce processus dans le but de s'assurer précisément que, lorsque l'opération commence, l'eau rejetée dans l'océan ne cause aucun effet nocif et négatif sur l'environnement, l'eau et les poissons», a-t-il noté.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

TAILLE DES CARACTÈRES

Changer la taille des caractères

A A

SAVED

PARTAGER

Pour obtenir le lien, entrer l’adresse URL.