Go to Contents

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

RECHERCHE

Actualités

(2e LD) Kim Yo-jong laisse entrevoir la possibilité d'une déclaration de fin de guerre et d'un sommet intercoréen

26.09.2021 à 15h35
(Photomontage)

SEOUL, 25 sept. (Yonhap) -- La Corée du Nord pourrait déclarer la fin officielle de la guerre de Corée (1950-1953) proposée par la Corée du Sud et aussi discuter de l'organisation d'un sommet intercoréen si le Sud traite le Nord avec «impartialité» et un respect mutuel, a déclaré samedi la sœur du dirigeant Kim Jong-un.

Kim Yo-jong a tenu ces propos dans un communiqué publié par l'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA), exhortant le Sud à abandonner son attitude de deux poids deux mesures, en condamnant par exemple les tests d'armes d'«autodéfense» nord-coréens comme des «provocations», tout en embellissant sa propre course à l'armement.

Le communiqué est intervenu un jour après que Kim a décrit la récente proposition du président Moon Jae-in de déclarer la fin officielle de la guerre comme une idée «admirable» et a affiché la volonté de Pyongyang de discuter de l'amélioration des relations intercoréenne si Séoul cesse d'être hostile à son encontre.

«J'ai senti que le désir du public sud-coréen de sortir les relations intercoréennes de l'impasse et de parvenir à une stabilité pacifique dès que possible était irrésistiblement fort», a-t-elle dit, selon la KCNA. «Nous avons aussi le même désir.»

C'est seulement lorsque «l'impartialité et l'attitude de respecter l'un l'autre sont maintenues» qu'il pourrait y avoir une «bonne compréhension entre le Nord et le Sud», a-t-elle noté.

Dans de telles circonstances, «plusieurs questions pour améliorer les relations, comme le rétablissement du bureau de liaison conjoint Nord-Sud et le sommet Nord-Sud, sans parler de la déclaration opportune de la fin significative de la guerre, peuvent être solutionnées avec succès une par une à une date rapprochée à travers des discussions constructives», a-t-elle ajouté

Elle a souligné que ce serait un argument «illogique et enfantin» que de rejeter son acte d'autodéfense destiné à faire face à des situations militaires existantes et à d'éventuelles menaces militaires tout en embellissant ses propres activités de renforcement militaire, comme l'obtention d'une dissuasion contre le Nord.

Elle a espéré que la Corée du Sud abandonne un tel double jeu, sa politique hostile et son préjudice contre le Nord, tout en appelant à des efforts pour éliminer toutes les possibles causes susceptibles d'affecter la confiance mutuelle entre les deux Corées.

Kim a toutefois noté que tout ce qu'elle a dit n'était que son «opinion personnelle» suggérant que le communiqué a été publié sans ordre direct de son frère, le dirigeant nord-coréen.

Le gouvernement sud-coréen a estimé «significative» l'ouverture affichée par Kim à la possibilité de discuter entre les deux Corées de questions en suspens.

«Nous estimons significatifs le souhait de rétablir rapidement les relations intercoréennes et d'instaurer la paix et la stabilité sur la péninsule coréenne et la volonté de résoudre une par une de nombreuses questions en vue d'améliorer les liens intercoréens telles que la déclaration de fin de guerre, le rétablissement du bureau de liaison conjoint et la tenue d'un sommet intercoréen à travers des discussions constructives, exprimés par la Corée du Nord», a déclaré le ministère de l'Unification.

Il a ensuite souligné l'importance de «rétablir tout d'abord les lignes de communication intercoréennes rapidement, une communication stable entre les deux Corées devant être assurée afin de discuter de ces questions», a-t-il ajouté.

Le communiqué de Kim est intervenu sur fond d'inquiétudes provoquées par les récents tirs d'essai d'un nouveau type de missile de croisière de longue portée et de missiles balistiques de courte portée et des signes indiquant le redémarrage des activités d'un réacteur nucléaire clé dans le complexe de Yongbyon, au Nord.

Le bureau présidentiel Cheong Wa Dae a de son côté adopté une position prudente sur les propos de Kim.

«Nous sommes en train d'examiner avec prudence le contenu du communiqué», a déclaré un officiel de Cheong Wa Dae sous couvert d'anonymat, ajoutant que le gouvernement maintient une position constante en faveur de la restauration et du développement des relations intercoréennes.

Les relations intercoréennes se sont considérablement refroidies depuis que la Corée du Nord a fait exploser le bureau de liaison et coupé toutes les lignes de communication transfrontalières en juin de l'année dernière.

Les lignes de communication ont été brièvement raccordées à la fin de juillet dernier mais le Nord n'a pas répondu de nouveau aux appels réguliers de Séoul en signe de protestation contre l'exercice militaire d'été Corée du Sud-Etats-Unis, que Pyongyang condamne comme une répétition à une invasion.

Les deux Corées sont toujours techniquement en état de guerre, le conflit de trois ans s'étant terminé par un armistice et non un traité de paix.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

TAILLE DES CARACTÈRES

Changer la taille des caractères

A A

SAVED

PARTAGER

Pour obtenir le lien, entrer l’adresse URL.