Go to Contents

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

RECHERCHE

Actualités

La Cour rejette le mandat d'arrêt contre un suspect clé du scandale de l'aménagement du territoire

15.10.2021 à 07h45
Kim Man-bae de Hwacheon Daeyu

SEOUL, 15 oct. (Yonhap) -- Un tribunal de Séoul a rejeté ce jeudi une demande de mandat d'arrêt contre un suspect clé au centre du scandale de corruption en relation avec le développement régional, portant un coup dur à l'enquête qui pourrait éventuellement avoir un impact sur la course présidentielle de l'année prochaine.

La Cour centrale du district de Séoul a refusé la demande des procureurs d'arrêter Kim Man-bae, patron de la société de gestion d'actifs Hwacheon Daeyu Asset Management, citant une explication insuffisante sur la nécessité de le placer en détention.

Kim, ancien journaliste, fait l'objet d'une enquête sur des accusations liées à la façon dont sa société jusque-là peu connue, avait engrangé d'énormes bénéfices suite à un projet de développement datant de 2015 dans la ville de Seongnam, au sud de Séoul.

Il est accusé de connivence avec Yoo Dong-gyu, président par intérim de Seongnam Development Corp. en charge du projet urbain, pour un contrat entre les deux parties visant à supprimer une clause limitant le montant des bénéfices que l'entreprise pourrait tirer du projet.

Les procureurs ont affirmé que Kim avait causé plus de 110 milliards de wons (92 millions de dollars) de pertes à la ville de Seongnam en supprimant la clause. Il a également été accusé d'avoir donné à Yoo 500 millions de wons dans le cadre d'un accord pour lui verser un total de 70 milliards de wons.

Yoo est considéré comme un proche collaborateur du gouverneur de la province du Gyeonggi, Lee Jae-myung, le candidat du parti au pouvoir à l'élection présidentielle. Lee a été maire de Seongnam de 2010 à 2018. Kim a également interviewé Lee sept mois avant de créer son entreprise.

Le principal parti d'opposition, le Parti du pouvoir du peuple (PPP), soupçonne Lee d'être derrière tout le projet.

Kim rejette toutes les allégations portées contre lui, y compris ses relations avec Lee.

«Nous n'avons pas de relation spéciale», a affirmé Kim jeudi lorsqu'on lui a posé des questions sur ses liens supposés avec Lee, ajoutant qu'il n'avait rencontré le gouverneur qu'une seule fois pour une interview.

Il a également nié les informations selon lesquelles il aurait dit en privé qu'une personne non identifiée avait droit à la moitié des bénéfices énormes que Cheonhwa Dongin n°1, une filiale de Hwacheon Daeyu, a tiré du projet.

Yoon Seok-youl, ancien procureur général et principal candidat de l'opposition à la présidence, a assuré que Lee était la personne en question et l'a exhorté à admettre les allégations et à se soumettre volontairement à l'enquête.

«Une telle personne n'existe pas, et je ne me souviens pas de l'avoir dit ainsi», a soutenu Kim.

L'ancien journaliste est également accusé d'avoir versé un pot-de-vin de 5 milliards de wons au fils du député Kwak Sang-do, à titre d'indemnités de licenciement, pour gagner les faveurs du député.  

eloise@yna.co.kr

(FIN)

TAILLE DES CARACTÈRES

Changer la taille des caractères

A A

SAVED

PARTAGER

Pour obtenir le lien, entrer l’adresse URL.