Go to Contents

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

RECHERCHE

Actualités

(2e LD) La Corée du Nord évoque la possibilité de lever le moratoire sur les essais d'ICBM et nucléaires

20.01.2022 à 13h44
Kim Jong-un à une réunion du Politburo
Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un dirige la 6e réunion du bureau politique du 8e Comité central du Parti du travail à Pyongyang, le mercredi 19 janvier 2022, d'après l'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA) le lendemain. (Utilisation en Corée du Sud uniquement et redistribution interdite)
Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un dirige la 6e réunion du bureau politique du 8e Comité central du Parti du travail à Pyongyang, le mercredi 19 janvier 2022, a rapporté le lendemain l'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA) le lendemain. (Utilisation en Corée du Sud uniquement et redistribution interdite)

SEOUL, 20 jan. (Yonhap) -- La Corée du Nord a tenu une réunion du bureau politique du Parti du travail qui a été présidée par le dirigeant Kim Jong-un et a décidé d'envisager de reprendre «toutes les activités temporairement suspendues», a rapporté ce jeudi l'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA), se référant apparemment à un possible essai nucléaire ou tir de missile balistique intercontinental (ICBM) dans le futur.

La réunion a eu lieu après que le Nord a effectué quatre tirs d'essai de missiles rien que ce mois-ci, dont deux d'un soi-disant missile hypersonique, incitant les Etats-Unis à chercher de nouvelles sanctions contre le régime communiste.

Les Etats-Unis mènent actuellement une campagne au sein du Conseil de sécurité des Nations unies pour étendre leurs propres sanctions, et une réunion à huis clos est prévue jeudi.

Durant la session tenue hier, les participants se sont engagés à se préparer à une «confrontation à long terme» avec les Etats-Unis, en disant que «la politique hostile et la menace militaire des Etats-Unis ont atteint un seuil de danger qui ne peut plus être négligé», selon la KCNA.

«Elle a donné l'instruction au secteur concerné de revoir toutes les mesures de développement de la confiance que nous avons prises de notre propre initiative et d'examiner rapidement la question de reprendre toutes les activités temporairement suspendues», a indiqué la KCNA.

La Corée du Nord maintient un moratoire auto-imposé sur les essais nucléaires et d'ICBM depuis fin 2017. L'administration Moon Jae-in a déclaré que c'était pour cela que le Nord s'est abstenu de faire des provocations «stratégiques» majeures, en laissant la porte du dialogue ouverte malgré une série de tirs de missiles à courte portée.

«La réunion du bureau politique a réattribué les tâches politiques pour la défense nationale de mettre en place immédiatement plus de moyens physiques puissants qui peuvent contrôler efficacement les mouvements hostiles des Etats-Unis contre la RPDC, qui deviennent sérieux jour après jour», a-t-elle dit. RPDC est le sigle du nom officiel du Nord, la République populaire démocratique de Corée.

La réunion du Politburo est intervenue alors que le président Joe Biden fête jeudi sa première année au pouvoir.

«En particulier, l'administration américaine actuelle s'obstine à manœuvrer pour priver la RPDC de ses droits d'auto-défense», a déclaré le Nord.

Le Nord a également abordé la question des exercices militaires conjoints des Etats-Unis avec la Corée du Sud et le développement de nouvelles armes stratégiques.

«Au cours des dernières années après les sommets RPDC-Etats-Unis, les Etats-Unis ont mené plusieurs centaines d'exercices de guerre conjoints... en envoyant des moyens d'attaque ultramodernes vers la Corée du Sud et des armes stratégiques nucléaires vers la région de la péninsule coréenne, menaçant sérieusement la sécurité de notre Etat», a indiqué la KCNA.

Des experts disent que le Nord pourrait intensifier la pression sur les Etats-Unis avec d'autres essais d'armes à l'approche de grandes fêtes nationales, dont le 80e anniversaire de la naissance du père défunt du dirigeant, Kim Jong-il, le 16 février et le 110e anniversaire de son défunt grand-père, Kim Il-sung, le 15 avril.

«La Corée du Nord devrait affiner le rythme et la gravité de ses mouvements selon la réaction américaine», a anticipé Yang Moo-jin, professeur à l'Université des études nord-coréennes (UNKS) à Séoul. «La situation sur la péninsule coréenne semble être sur le point de retourner dans le cercle vicieux de la provocation et des sanctions comme en 2017».

La semaine dernière, l'administration Joe Biden a annoncé de nouvelles sanctions contre six Nord-Coréens impliqués dans les programmes d'armes de destruction massive (ADM) et de missiles balistiques.

rainmaker0220@yna.co.kr

(FIN)

TAILLE DES CARACTÈRES

Changer la taille des caractères

A A

SAVED

PARTAGER

Pour obtenir le lien, entrer l’adresse URL.