Go to Contents

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

RECHERCHE

Interviews

(Interview) L'ambassadeur Lefort félicite le cinéma coréen pour son succès à Cannes 2022

03.06.2022 à 18h00
L'ambassadeur de France en Corée du Sud, Philippe Lefort, au pavillon français du Salon international du livre de Séoul 2022, au Centre des conventions et des expositions (COEX) dans le sud de Séoul, le jeudi 2 juin 2022, avant de donner une interview à l'agence de presse Yonhap.
L'ambassadeur de France en Corée du Sud, Philippe Lefort, devant l'affiche offcielle du Salon international du livre de Séoul 2022, au Centre des conventions et des expositions (COEX) dans le sud de Séoul, le jeudi 2 juin 2022, avant de donner une interview à l'agence de presse Yonhap.
L'ambassadeur de France en Corée du Sud, Philippe Lefort, au séminaire des professionnels franco-coréens des livres illustrés du Salon international du livre de Séoul 2022, au Centre des conventions et des expositions (COEX) dans le sud de Séoul, le jeudi 2 juin 2022, avant de donner une interview à l'agence de presse Yonhap. (Photo fournie par l'ambassade de France en Corée du Sud. Revente et archivage interdits)

SEOUL, 03 juin (Yonhap) -- A l'occasion de la 28e édition du Salon international du livre de Séoul (SIBF) 2022, l'ambassadeur de France en Corée du Sud, Philippe Lefort, a félicité le cinéma coréen pour son succès au Festival de Cannes samedi dernier et a présenté la bonne perspective des échanges dans le secteur de la publication dans une interview accordée hier à l'agence Yonhap.

«Chaque année, nous avons de multiples occasions de nous féliciter de nos succès réciproques dans le mondes des arts. Nous admirons le succès de la Corée du Sud dans ce domaine. Les prix obtenus samedi dernier par Park Chan-wook et Song Kang-ho dans le cadre du 75e Festival de Cannes en sont la dernière illustration», a confié Lefort, en ajoutant qu'il admire l'acteur Song Kang-ho car «quand on dit le cinéma coréen, je vois le visage de Song.»

L'ambassadeur Lefort a noté que «la Corée, c'est un pays de capacité de rayonnement mondial comme la France. Notre ambition, c'est le développement dans les domaines des sciences et des échanges universitaires avec la reprise de la mobilité entre nos continents, en général, et entre nos pays, en particulier, depuis peu», sans oublier de dire que «nos relations culturelles, scientifiques, éducatives et linguistiques sont riches, variées et soutenues.»

Au SIBF, la présence française date de longtemps et le pavillon français se trouve à un emplacement à bonne visibilité dans la salle d'exposition du COEX, situé dans le quartier sud de Séoul. La délégation française est composée de neuf éditeurs et éditrices de grandes maisons d'édition dont Albin Michel Pratique, Vigo Editions, Hachette Jeune et Larousse. Il est par ailleurs à noter que l'auteur de «L'Anomalie», prix Goncourt 2020, Hervé Le Tellier, est un invité d'honneur de ce salon.

Après une suspension de deux ans, la 28e édition du SIBF a ouvert ses portes au public et l'ambassadeur français a dit : «Quel soulagement d'être de retour dans ce magnifique espace de congrès et d'exposition. […] Le livre est la première industrie culturelle en France et l'une des plus internationalisées. La présence française dans le secteur de l'édition permet au public coréen de connaître le savoir-faire qui nous est propre.»

A une question sur le volume des échanges dans le secteur de la publication, Lefort a détaillé que «chaque année, plus de 600 titres français sont traduits en coréen alors qu'en 2021, 863 nouveaux titres français ont été traduits en Corée», citant des données de l'Association des éditeurs coréens (KPA) et ajoutant que «la Corée du Sud occupe une part de 5% du marché mondial des exportations françaises du livre.»

Concernant l'invité d'honneur français du SIBF 2020, Hervé Le Tellier, l'ambassadeur a fait remarquer qu'«il s'agit d'une représentation marquante de la littérature française contemporaine. Recevoir Le Tellier comme porte-parole auprès des lecteurs coréens nous semble tout à fait juste et pertinent et même pour les éditeurs qui se joignent à nous. Cela nous donnera une idée spécifique d'inspiration française pour le public coréen.»

Quant à une question sur la possibilité qu'un auteur coréen reçoive le prix Goncourt pour une œuvre traduite en français, Lefort a répondu : «Le prix Goncourt est réservé aux auteurs français et les réglementations ne bougent pas. Cependant, la France porte un intérêt de longue date à la littérature coréenne, grâce à des maisons d'édition comme Zulma, Picquier et Safran qui donnent la parole aux talents coréens.»

En évoquant ses expériences à Paris, il a détaillé que «les étagères des livres asiatiques s'allongent avec les livres coréens mais il faut un jour que ces livres coréens sortent des rayons des livres asiatiques». Pour ce qui est de la promotion de la littérature coréenne en France, il a indiqué que «je crois que cela débute sur le marché français. Ce sera une deuxième ligne de la vague de la culture populaire coréenne (la hallyu)», citant l'ancien président de l'Institut coréen de la traduction littéraire (LTI Korea) Kim Sa-in : «La vague coréenne de la littérature vient de commencer.»

En affichant son enthousiasme à s'engager dans des projets communs entre la France et la Corée du Sud, les deux pays qui ont de nouvelles administrations depuis mai dernier, l'ambassadeur français a conclu qu'«on pourra élaborer ensemble des projets à long terme dans les domaines politique, diplomatique, militaire et culturel à un niveau plus quantitatif et plus vaste».

Propos recueillis par Jeong-hun Oh

(FIN)

TAILLE DES CARACTÈRES

Changer la taille des caractères

A A

SAVED

PARTAGER

Pour obtenir le lien, entrer l’adresse URL.