Go to Contents

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

RECHERCHE

National

Covid-19 : Pyongyang pointe du doigt les tracts anti-nord-coréens comme une source de contamination

01.07.2022 à 16h30
Cette photo publiée par l'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA) le lundi 23 mai 2022 montre l'une des nouvelles affiches de propagande réalisées par l'atelier Mansudae pour sensibiliser le public à la lutte contre le nouveau coronavirus (Covid-19) dans le pays. L'affiche porte le message «Camarade, respectez-vous les règles de quarantaine d'urgence ?» (Utilisation en Corée du Sud uniquement et redistribution interdite)
Des agents sanitaires pulvérisent du désinfectant à l'aéroport international de Pyongyang sur fond d'alerte maximale contre le nouveau coronavirus (Covid-19) sur cette photo non datée publiée le vendredi 10 juin 2022 par l'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA). (Utilisation en Corée du Sud uniquement et redistribution interdite)
Des médicaments et des masques qui, selon Fighters for a Free North Korea (FFNK), ont été envoyés en Corée du Nord via des ballons, le 28 juin 2022. (Photo fournie par Fighters for a Free North Korea, FFNK. Revente et archivage interdits)

SEOUL, 01 juil. (Yonhap) -- Les autorités sanitaires nord-coréens ont désigné les tracts anti-nord-coréens envoyés par ballons flottants par des organisations de transfuges nord-coréens au Sud comme une source de facto de contamination du nouveau coronavirus (Covid-19), ce vendredi, selon des rapports publiés par des organes de presse officielles comme le quotidien du Parti du travail, Rodong Sinmun, et l'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA).

Les deux médias nord-coréens ont rapporté que la première infection au Covid-19 a eu lieu à Ipho-ri du comté de Kumgang, dans la province du Kangwon, proche des villes frontalières sud-coréennes de Inje et Yanggu. La Corée du Nord a ainsi prétendu que les premiers infectés étaient un soldat âgé de 18 ans et un élève d'une école maternelle âgé de cinq ans qui ont touché des «choses étranges» dans la zone frontalière au début d'avril et qu'ils avaient été testés positifs au virus après avoir montré des symptômes.

Sans donner de détails sur ces objets étranges, les médias nord-coréens ont transmis la consigne des autorités sanitaires qui demande de «faire face de manière vigilante aux choses apportées par le vent et d'autres phénomènes climatiques et les ballons dans les zones le long de la ligne de démarcation et des frontières». Ces propos des autorités nord-coréennes veulent dire que l'origine de la pandémie en Corée du Nord était des tracts anti-nord-coréens envoyés par les transfuges nord-coréens au Sud.

La Corée du Nord a rapporté ses premiers cas de Covid-19 le 12 mai dernier et le nombre de cas de fièvre a atteint son apogée le 15 mai avec 392.920 cas suspects. Aujourd'hui, les nouveaux cas suspects sont tombés en dessous de 5.000, selon les autorités nord-coréennes qui ont annoncé le même jour l'origine de la contamination en citant le résultat d'une analyse du comité d'investigation composé de personnel de différentes institutions, notamment la branche de bio-ingénierie, l'Institut de biotechnologie et l'Institut du virus rattaché à l'Académie des sciences d'Etat, l'Académie des sciences médicales, le ministère de la Sécurité publique et le Bureau public central des procureurs (CPPO).

L'annonce d'aujourd'hui des autorités nord-coréennes viserait à surpasser la crise épidémique en engendrant la haine du peuple nord-coréen vis-à-vis du Sud ainsi qu'à augmenter les tensions contre l'administration Yoon Suk-yeol qui affiche une politique dure contre le Nord. Mais, malgré cette prétention nord-coréenne, il est difficile de croire que les tracts anti-nord-coréens sont à l'origine de la propagation du Covid-19 au Nord.

A ce propos, le ministère de l'Unification de Séoul a noté dans une briefing de routine ce vendredi qu'«il n'est pas effectivement possible d'être contaminé par le Covid-19, par un virus restant à la surface d'un objet, selon les autorités sanitaires. Les experts et les organisations mondiales liées à la santé partagent la même idée qu'aucun cas d'infection par des objets ou par des courriers n'a été rapporté».

En particulier, l'organisation anti-nord-coréenne Fighters for a Free North Korea (FFNK) a envoyé des ballons contenant des tracts les 25 et 26 avril depuis la région de Gimpo, dans l'ouest du pays, alors que la région désignée par la Corée du Nord ce matin, le comté de Kumgang, se trouve dans l'est du pays. Si la Corée du Nord prend pour cause de la propagation du Covid-19 ces tracts anti-nord-coréens, cela viserait à inciter la colère du peuple qui souffre de l'isolement et de restrictions puis de difficultés économiques engendrées par cette crise sanitaire.

jhoh@yna.co.kr

(FIN)

Fil actus National
TAILLE DES CARACTÈRES

Changer la taille des caractères

A A

SAVED

PARTAGER

Pour obtenir le lien, entrer l’adresse URL.