Go to Contents

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

RECHERCHE

Actualités

Séoul compte se serrer la ceinture pour améliorer la solidité budgétaire

07.07.2022 à 16h30
Yoon Suk-yeol

SEJONG, 07 juil. (Yonhap) -- Le gouvernement a annoncé ce jeudi son plan de mettre en œuvre une politique de resserrement budgétaire, marquant un changement après plusieurs années de politique expansionniste, dans le cadre des efforts visant à améliorer la solidité budgétaire entravée par l'augmentation de la dette publique.

Le gouvernement Yoon Suk-yeol a dévoilé un plan quinquennal destiné à renforcer la solidité budgétaire sur fond d'inquiétudes selon lesquelles la dette du pays est en train de s'accroître à un rythme alarmant et son endettement élevé pourrait affecter négativement sa note souveraine.

Le plan marque un revirement par rapport à la politique budgétaire expansionniste que l'ancien gouvernement Moon Jae-in a maintenue au cours de ces cinq dernières années dans le but de soutenir la croissance économique et de faire face aux retombées de la pandémie de nouveau coronavirus (Covid-19).

Lors d'une réunion de stratégie budgétaire présidée par Yoon ce jeudi, le gouvernement a annoncé son plan de ramener son déficit budgétaire à des niveaux pré-pandémiques. Pour ce faire, le ministère des Finances vise à réduire le déficit budgétaire à moins de 3% du produit intérieur brut (PIB) par rapport aux 5,1% estimés pour cette année.

Le pays s'est également donné comme objectif de réduire le ratio dette/PIB à environ 55% d'ici 2027 dans le but de ralentir le rythme de la croissance de la dette nationale. Le taux devrait s'élever à 49,7% cette année.

L'ancien gouvernement Moon a élaboré des budgets record et mis en place sept séries de budgets supplémentaires face à la pandémie pendant son quinquennat. En conséquence, la dette du pays est en train d'augmenter à un rythme rapide et le déficit budgétaire de se creuser fortement.

La dette nationale devrait atteindre 1.068.800 milliards de wons (819 milliards de dollars) cette année, en forte hausse par rapport aux 660.000 milliards de wons en 2017, selon l'estimation du ministère. Elle dépassera les 1.000.000 milliards de wons pour la première fois cette année.

L'agence de notation mondiale Fitch Ratings avait noté en janvier qu'une augmentation continue du ratio de la dette de la Corée du Sud pourrait affecter sa note souveraine à moyen terme. L'agence avait indiqué que l'évolution de Séoul vers des dépenses budgétaires plus actives et une tolérance des déficits budgétaires semblaient s'ancrer davantage».

Dans ce contexte, le gouvernement Yoon projette de «revoir» la structure de ses dépenses et cherchera à mettre en place une règle plus stricte et contraignante afin de renforcer la solidité budgétaire. En 2020, l'ex-gouvernement Moon a proposé un cadre budgétaire qui limiterait la dette du pays à 60% de son PIB ou son déficit budgétaire à 3% à partir de 2025. La règle est actuellement dans l'impasse à l'Assemblée nationale.

Le gouvernement actuel projette d'adopter une nouvelle règle budgétaire qui permettrait de réduire le déficit budgétaire de manière plus stricte et vise à avancer le moment de sa mise en place. Le plan de consolidation budgétaire est intervenu alors que l'économie sud-coréenne fait face à un risque de stagflation, un mélange de stagnation de la croissance et d'inflation élevée, en raison des incertitudes économiques extérieures accrues.

La quatrième économie d'Asie risque de perdre son élan alors que la détérioration de la situation extérieure affectera probablement ses investissements et la croissance de ses exportations.

Le taux d'inflation du pays a bondi à son plus haut en 24 ans en juin à cause notamment du bond des prix du carburant causés par la guerre prolongée entre la Russie et l'Ukraine et les perturbations dans l'approvisionnement mondiale. L'inflation élevée ronge le pouvoir d'achat et les dépenses des ménages, susceptible d'entraver la croissance économique.

Les détracteurs disent que le choix du gouvernement de se serrer la ceinture pourrait réduire sa marge de manœuvre pour répondre au ralentissement économique. «La politique économique du gouvernement est focalisée sur le soutien à la croissance économique dirigée par le secteur privé», a déclaré hier aux journalistes le deuxième vice-ministre des Affaires étrangères Choi Sang-dae.

«Il est souhaitable que le gouvernement réduise de quelque peu sa contribution à la reprise économique, tout en utilisant plus de ressources pour renforcer la durabilité budgétaire», a-t-il ajouté. Le mois dernier, le ministère des finances a abaissé sa prévision de croissance économique pour cette année à 2,6%, tout en augmentant fortement sa projection d'inflation à 4,7% pour 2022, soit le plus haut niveau en 14 ans.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

TAILLE DES CARACTÈRES

Changer la taille des caractères

A A

SAVED

PARTAGER

Pour obtenir le lien, entrer l’adresse URL.