Go to Contents

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

RECHERCHE

Actualités

Yoon prévoit une possibilité accrue de provocations nord-coréennes en cas de conflit à Taïwan

26.09.2022 à 13h59
Yoon au siège de l'ONU

Le président Yoon Suk-yeol parle de liberté et de solidarité dans son discours liminaire à la tribune de l'Assemblée générale des Nations unies (ONU) à New York, le mardi 20 septembre 2022 (heure locale).

SEOUL, 26 sept. (Yonhap) -- Le président Yoon Suk-yeol a fait part de ses préoccupations selon lesquelles un conflit militaire entre la Chine et Taïwan pourrait augmenter la possibilité de provocations nord-coréennes et a affirmé clairement que la «priorité numéro un» de l'alliance Séoul-Washington serait de faire face à Pyongyang.

Yoon a tenu ces propos après avoir été interrogé pour savoir s'il soutiendrait ou non les Etats-Unis qui prendraient la défense militaire de Taïwan si la Chine venait à attaquer l'île que Pékin considère comme faisant partie de son territoire.

«En cas de conflit militaire autour de Taïwan, il y aurait une possibilité accrue de provocations nord-coréennes», a-t-il déclaré à travers un interprète lors d'une interview accordée à CNN à New York la semaine dernière, alors qu'il était là-bas pour participer à l'Assemblée générale des Nations unies. L'interview a été diffusée dans une émission sur les affaires mondiales de la chaîne d'information câblée dimanche (heure de Washington).

Il a ajouté : «Alors, dans ce cas, la priorité numéro un pour la Corée et l'alliance USA-Corée sur la péninsule coréenne serait donnée à notre posture de défense solide. Nous devons d'abord faire face à la menace nord-coréenne.»

Il y a un débat aussi bien dans le pays qu'à l'étranger pour savoir si la Corée du Sud, un allié clé des Etats-Unis, devra jouer un rôle direct ou indirect si un conflit se produit entre la Chine et Taïwan.

A la question de savoir si la Corée du Sud demandera ou non aux Etats-Unis de remplir d'abord leurs obligations sécuritaires vis-à-vis du Sud avant de s'impliquer à Taïwan, Yoon a répondu qu'il serait inapproprié de «répondre aux priorités des Etats-Unis».

«Parce que la péninsule coréenne et Taïwan sont tous les deux très importants pour les Etats-Unis, je pense, et doivent être défendus par les Etats-Unis ensemble avec leurs alliés et partenaires», a-t-il indiqué. «Je dirais donc que les deux questions revêtent une importance significative.»

Yoon a été également prié de faire des commentaires sur les rumeurs selon lesquelles il aurait décidé de ne pas rencontrer la présidente de la Chambre des représentants des Etats-Unis, Nancy Pelosi, en personne au cours de sa visite en Corée du Sud le mois dernier en raison des relations avec la Chine.

«J'ai décidé de tenir un entretien téléphonique agréable et fructueux non seulement avec la présidente Pelosi mais aussi avec six autres membres de la Chambre des représentants. Et nous avons eu une conversation vraiment productive et amicale», a-t-il rappelé. «La présidente Pelosi comprenait ma situation, j'étais en vacances, et elle la respectait aussi.»

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
TAILLE DES CARACTÈRES

Changer la taille des caractères

A A

SAVED

PARTAGER

Pour obtenir le lien, entrer l’adresse URL.