Go to Contents

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

RECHERCHE

Actualités

Pyongyang dénonce le redéploiement du porte-avions américain en mer de l'Est

06.10.2022 à 09h47

Porte-avions USS Ronald Reagan (Photo fournie par la marine nationale sud-coréenne. Revente et archivage interdits)

SEOUL, 06 oct. (Yonhap) -- Face au redéploiement du porte-avions géant américain à propulsion nucléaire USS Ronald Reagan en mer de l'Est, la Corée du Nord a publié ce jeudi matin très tôt un communiqué signé par son ministère des Affaires étrangères et disant que «la République populaire démocratique de Corée (RPDC) surveille de très près le fait que les Etats-Unis posent une menace sérieuse pour la stabilité de la situation sur la péninsule coréenne et les régions environnantes en redéployant le groupe de frappe de porte-avions dans les eaux de la péninsule coréenne».

L'USS Ronald Reagan (CVN-76) de 103.000 tonnes a participé à des manœuvres navales combinées entre la Corée du Sud et les Etats-Unis et un exercice anti-sous-marin qui a été mené par la Corée du Sud, les Etats-Unis et le Japon en mer de l'Est la semaine dernière. Il a quitté la Corée du Sud pour regagner l'océan Pacifique mais a ensuite fait demi-tour suite au tir de missile balistique de portée intermédiaire (IRBM) de la Corée du Nord le 4 octobre dernier qui a volé au-dessus du Japon en parcourant 4.500 km avant de retomber dans l'océan Pacifique.

Le ministère nord-coréen a également condamné «les Etats-Unis et leurs pays satellites pour avoir renvoyé au Conseil de sécurité des Nations unies (UNSC) les contre-mesures légitimes de l'Armée populaire (de Corée du Nord) face aux exercices conjoints entre la Corée du Sud et les Etats-Unis qui ont intensifié les tensions sur la péninsule coréenne.» A part ces deux paragraphes dans ce communiqué, la Corée du Nord n'a pas ajouté d'autres menaces.

Le Conseil de sécurité des Nations unies a convoqué une réunion mercredi (heure locale) à New York suite au tir d'IRBM de la Corée du Nord mais la tentative d'adopter un communiqué condamnant cet acte de provocation a échoué en raison du véto de la Chine et de la Russie, des membres permanents de l'UNSC, et la réunion s'est achevée sans résultat concret.

Après cette réunion, les Etats-Unis, la France, la Corée du Sud, le Japon et d'autres pays, notamment l'Albanie, le Brésil, l'Inde, l'Irlande, la Norvège, les Emirats arabes unis et le Royaume-Uni, ont également pris part à une déclaration conjointe en dehors de l'UNSC condamnant l'acte déstabilisateur de la Corée du Nord comme une violation nette des résolutions de l'UNSC qui menace la sécurité de toute la communauté internationale.

jhoh@yna.co.kr

(FIN)

TAILLE DES CARACTÈRES

Changer la taille des caractères

A A

SAVED

PARTAGER

Pour obtenir le lien, entrer l’adresse URL.