Go to Contents

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

RECHERCHE

Interviews

(Interview Yonhap) Le ministre de l'Unification reste optimiste quant à la dénucléarisation du Nord

17.11.2022 à 15h08

SEOUL, 17 nov. (Yonhap) -- Kwon Young-se, ministre de l'Unification, a indiqué mercredi dans une interview accordée à l'agence Yonhap et sa filiale Yonhap News TV six mois après son investiture que «l'objectif de dénucléarisation nord-coréenne ne sera pas impossible», ajoutant qu'il faut continuer les sanctions et les efforts pour convaincre le Nord.

Kwon a noté que «même si la Corée du Nord a légiféré les forces nucléaires et a déclaré sa volonté ferme de détenir des armes nucléaires, il n'est pas approprié de dire que la chance de dénucléarisation s'est envolée», détaillant que «les sanctions, les pressions et la dissuasion étendue ne sont pas les moyens directs pour dénucléariser la Corée du Nord mais ce sont des outils pour faire venir à la table des négociations.»

Le ministre de l'Unification, Kwon Young-se, lors d'une interview accordée à l'agence Yonhap et sa filiale Yonhap News TV, le mercredi 16 novembre 2022.

Le ministre a estimé que la situation actuelle des tensions sur la péninsule coréenne se maintiendra pendant un certain temps. Quant à l'éventualité d'un septième essai nucléaire, il a noté que «je ne crois pas qu'il y ait une nécessité immédiate et urgente d'un essai nucléaire». Il a analysé que les facteurs venant de la Chine auraient empêché un nouvel essai nucléaire et qu'il n'est pas facile de dire que cela continuera jusqu'en mars, quand il y aura de grands rassemblements, notamment celui de l'Assemblée nationale populaire de la Chine.

Concernant l'hypothèse d'un déploiement d'armes nucléaires tactiques en Corée du Sud, Kwon a la rejetée en disant que «le gouvernement n'en envisage pas», mais il a tout de même lancé un avertissement en disant que «si les relations intercoréennes s'aggravent et si les opinions publiques du Sud commencent à parler d'armement nucléaire ou de partage d'armes nucléaires, voire de déploiement d'armes nucléaires tactiques, on ne pourra plus rester assis.»

Pour ce qui est de l'envoi d'un émissaire spécial au Nord ou d'un sommet bilatéral intercoréen, le ministre a répondu que «si c'est significatif, il n'y a pas de raison de ne pas proposer ce genre d'évènement, la porte est toujours ouverte, mais actuellement tous les dialogues intercoréens ont été coupés et il sera difficile de les réaliser». Il a tout de même souligné l'importance des échanges dans les domaines sportif, culturel et religieux avec la Corée du Nord dans cette situation complexe.

jhoh@yna.co.kr

(FIN)

TAILLE DES CARACTÈRES

Changer la taille des caractères

A A

SAVED

PARTAGER

Pour obtenir le lien, entrer l’adresse URL.