Go to Contents

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

RECHERCHE

Actualités

Un couple accusé d'avoir laissé leur fille morte dans un récipient pendant 3 ans

06.12.2022 à 15h39

Une femme âgée de 34 ans et accusée d'avoir gardé le corps de sa fille morte dans un récipient en plastique pendant trois ans arrive le mardi 6 décembre 2022 à la Cour du district d'Uijeongbu, juste au nord de Séoul, pour une audience destinée à décider de son éventuelle arrestation.

SEOUL, 06 déc. (Yonhap) -- Un couple divorcé, accusé d'avoir conservé le corps de leur fille morte dans un récipient en plastique pendant trois ans pour cacher sa mort, a assisté ce mardi à une audience destinée à décider de leur arrestation ou non à la Cour du district d'Uijeongbu, juste au nord de Séoul.

Une femme âgée de 34 ans, dont le patronyme est Seo, et son ex-époux identifié par son nom de famille Choi, 29 ans, ont été placés en garde à vue à la fin du mois dernier après avoir été accusés d'avoir abandonné et dissimulé le corps de leur fille de 15 mois après son décès à leur domicile à Pyeongtaek, à 80 km au sud de la capitale, en janvier 2020.

Seo est également accusée de violation de la loi sur la protection des enfants pour avoir laissé le nourrisson seul à la maison à environ 70 occasions, entre août 2019 et début 2020, principalement pour aller voir Choi qui purgeait une peine de prison.

La mère est également soupçonnée d'avoir négligé sa fille malade qui avait de la fièvre et vomissait durant la semaine qui a précédé son décès.

Choi est accusé d'avoir déplacé leur fille morte à la maison de ses parents dans l'arrondissement de Seodaemun à Séoul après avoir été remis en liberté plusieurs mois plus tard et placé le corps dans un récipient pour kimchi sur le toit.

Seo et Choi sont également accusés d'avoir reçu des allocations pour la garde de l'enfant d'une valeur de plus de 3 millions de wons (2.300 dollars) après avoir menti en disant que leur fille vivait chez un proche à Pocheon, à 50 km au nord de Séoul.

Leur crime a été révélé alors que la municipalité de Pocheon examinait l'inscription de la fille pour des visites médicales régulières et d'autres programmes de protection sociale.

Par ailleurs, les procureurs ont décidé de ne pas retenir l'accusation de maltraitance à l'enfant ayant entraîné la mort comme ils n'ont pas pu encore déterminer la cause exacte du décès de l'enfant en raison d'une décomposition avancée.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
TAILLE DES CARACTÈRES

Changer la taille des caractères

A A

SAVED

PARTAGER

Pour obtenir le lien, entrer l’adresse URL.